24/08/2013

EN RÉPONSE....

....à un commentaire de Dan du 2/8/2013, sur l'inexistence de projets communs entre Israël et la Palestine, voici un extrait de communiqué de presse du CERN du 28 mai 2013.
"La Commission européenne et le CERN ont décidé aujourd’hui de soutenir la construction du Centre international de rayonnement synchrotron pour les sciences expérimentales et appliquées au Moyen-Orient (SESAME), l’une des installations de recherche les plus ambitieuses du Moyen-Orient."
Ce projet comprend des scientifiques israéliens et palestiniens.


Source: http://press.web.cern.ch/fr/press-releases/2013/05/la-commission-europeenne-et-le-cern-soutiennent-une-installation-de-recherche

23:04 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

12/08/2013

ESPRIT ET MATIÈRE

Le Dr. René Peoc'h nous donne une réponse sur l'influence de l'esprit sur la matière. Brillant.
Et si l'on remplaçait le mot esprit par le mot amour? On pourrait dire que c'est l'influence de l'amour sur la matière! En effet, le poussin de l'expérience aime son robot.

http://youtu.be/1pGlMnl1ZRs

Et si l'on remplaçait le mot esprit par le mot amour? On pourrait dire que c'est l'influence de l'amour sur la matière! En effet, le poussin de l'expérience aime son robot.

10/08/2013

MÉMOIRE

On sait que les éléphants possèdent une mémoire impressionnante et sont capables de reconnaître quelqu'un vingt ans après. Aujourd'hui, la mémoire des dauphins peut être comparée à celle des éléphants. Sachant qu'ils utilisent le sifflement comme une signature, un chercheur s'est penché sur des dauphins qui sont échangés dans divers aquariums. Ayant enregistré un grand nombre de sifflements, il s'est aperçu que les dauphins réagissent à ceux qu'ils reconnaissent. Par exemple, un dauphin a reconnu le sifflement d'un autre dauphin qu'il n'avait pas entendu ni vu depuis 20 ans et 6 mois. Il en a imité le sifflement personnel: c'est ainsi qu'on peut discerner si les dauphins se reconnaissent entre eux.

(Source: Futura-Science du 9.8.2013)

08/08/2013

RECHERCHE SUR NOTRE CERVEAU

Sait-on qu'à Lausanne, le projet de recherche sur notre cerveau ressemblera dans sa structure au CERN, car il comprend une équipe internationale telle que celle qui s'occupe de physique. La synergie ainsi créée permettra d'avancer plus vite et surtout grâce aux outils utilisés: le supercalculateur hébergé au Forschungszentrum Jülich en Allemagne.

(voir mots-clés Juqueen, et/ou supercalculateur K au Japon capable de simuler un réseau constitué de plus d'un milliard de cellules nerveuses)). Fabuleux.

17:19 Publié dans santé, Science | Lien permanent | Commentaires (0)

06/08/2013

DES GAGNANTS?

Parmi tous les acteurs du spectre de la guerre civile au Moyen-Orient, y aurait-il quelques poignées d'espoir? Il semblerait que le conflit syrien ait rapproché le Président Erdogan du parti kurde syrien.

On se souviendra peut-être de cette région, le Kurdistan, immensément riche culturellement, où l'on a trouvé des trésors linguistiques étonnants, côté Iraq, notamment sur un petit site proche de Kirkuk: Nuzi.

Les tablettes d'argile retrouvées il y a longtemps par E. Chiera sont écrites en Hurrite. Elles renferment des éléments qui ont poussé les chercheurs à déclarer que cette communauté pratiquait une sorte de communisme. Ainsi, la terre ne pouvant être vendue, on essayait l'idée de l'adoption d'adultes pour augmenter un patrimoine.

Parmi les autres trésors de Nuzi, on notera la redécouverte d'objets en verre ou pâte de verre datant de 1500 ans avant Jésus-Christ..

31/07/2013

SUIVI

Si l'on est un adepte des journaux et que les articles intéressants sont mis de côté, on s'aperçoit rapidement qu'il n'existe pas l'idée d'un suivi mais plutôt d'un processus de réactivité. En 2008, par exemple, le Temps avait publié un article sur les pompes à chaleur. Depuis, plus rien (sauf pour le canton de Fribourg). Ce serait excellent si le lecteur / la lectrice pouvait avoir des nouvelles sur ce procédé, s'il est encore rentable, etc...

28/07/2013

HILARANT

Savez-vous comment on a trouvé la manière d'endormir les patients afin de leur éviter des souffrances lors d'une opération? On se souviendra des souffrances de Lully et d'une reine de France lorsqu'ils durent subir une ablation. Voici des extraits d'un article sympa trouvé sur egora.fr (HISTOIRE par A.B. le 28-07-2013)

"....Le 10 décembre 1844, le Professeur Gardner Quincy Colton, artiste dans un cirque récemment installé à Hartford, en Angleterre, prévoit de faire, une démonstration de son tout nouveau « gaz hilarant ». Dans l’assistance, Horace Wells, jeune dentiste de 29 ans, se porte volontaire pour monter sur scène et tester ce fameux gaz. Il en aspire une bouffée, ressent une curieuse sensation de vertige et de bien-être, puis reprend vite ses esprits.

A ses côtés, Samuel, un de ses amis, teste également le gaz; il se met à gambader et se cogne violemment la cheville. Malgré son sang qui coule, il chante, totalement indifférent à sa blessure. “Je crois que l’on pourrait arracher une dent ou même couper une jambe sans souffrance si l’on fait inhaler ce gaz aux patients”, confie le jeune dentiste qui passera dès lors de nombreuses années à tenter de démontrer les bénéfices thérapeutiques de ce gaz.

Le gaz hilarant a, en réalité, été inventé par un révérend anglais du nom de Joseph Priestley, découvreur du gaz carbonique, le dioxyde de carbone, en 1772, mais aussi de l’oxygène et de l’oxyde d’azote, obtenu en aspergeant de la limaille de fer avec de l’acide azotique, dont il tire le protoxyde d’azote. Il identifiera rapidement les propriétés euphorisantes du protoxyde d’azote, baptisé plus tardivement “gaz hilarant”, par un apprenti de pharmacie, Humphry Davy, qui avait réussi à en fabriquer, et l’avait testé sur lui-même. Souffrant d’une rage de dent, Davy constate un grand soulagement en inhalant le gaz.

Mais ce gaz hilarant était resté cantonné à une utilisation dans des spectacles de cirques et de foires. Horace Wells, peu après le spectacle du 10 décembre 1844, demande à son assistant de lui arracher une dent. Il s’installe dans un fauteuil, inhale le gaz et s’endort subitement. Son assistant arrache la dent. Wells dort toujours. La méthode fonctionne.

Le dentiste décide alors d’en faire profiter ses patients qui, rapidement, viennent de loin pour bénéficier de soins sans douleur. Et pour cause. On peut facilement imaginer ce que furent les opérations chirurgicales avant l’anesthésie : des chirurgiens en redingote, un patient maintenu de force sur une table d’opération qui a pu recevoir tout au plus un peu d’opium et d’alcool.

Voulant faire fructifier sa trouvaille, Horace Wells se rend à Boston où il rencontre, au Massachusetts General Hospital, un chirurgien, John Warren, qui a lui même tout tenté pour réduire les douleurs de ses patients mais sans succès.

Le 20 janvier 1845, dans une salle d’opération de l’hôpital, Wells présente ses travaux à l’assistance. Il veut faire un test mais aucun patient n’est prévu. Un jeune homme obèse souffrant d’une rage de dent accepte d’être soigné après utilisation du gaz. Il s’assied, inhale le gaz et s’endort. Mais alors que Wells tente d’arracher la dent malade, le jeune homme hurle et se relève brutalement. Horace Wells, humilié, doit faire face à l’échec.

Un seul médecin, son ami William Morton poursuit les travaux entamés par Wells. Il s’oriente alors vers l’utilisation de l’éther et met au point un dispositif d’inhalation pratique. Devant témoin, il extrait la dent douloureuse d’un professeur de musique de Boston après l’avoir endormi à l’aide de l’éther. Son patient se réveille sans avoir rien ressenti et accepte de signer une attestation que lui tend Morton.

Morton va faire publier sa découverte et, pour convaincre les grands chirurgiens de l’époque, demande à John Warren de tenter une nouvelle expérience.

Le patient est un imprimeur de 20 ans, chez qui Warren souhaite extraire une tumeur vasculaire au coin de la mâchoire gauche. Morton arrive en retard. Il installe son dispositif d’inhalation et explique au patient comment respirer profondément par la tubulure. Le patient s’endort. Warren agit, incise, ligature les vaisseaux, réduit la tumeur. L’opération dure 25 minutes. Le patient se réveille et est sorti du bloc. Un second malade doit être traité pour une affection de la colonne vertébrale à traiter par des pointes de feu préparées au fer rouge. Il est endormi et opéré. Nouveau succès. Un pas immense vient d’être franchi.

Le lendemain, une nouvelle opération est réalisée. Le Dr Oliver Holmes invente le mot “anesthésie” qui signifie insensibilité.

Wells, quant à lui, est resté ignorant des progrès réalisés par Morton jusqu’à ce que celui-ci lui propose de diffuser sa propre technique, ce que Wells refuse, ulcéré. Parti en France, Wells en revient avec le chloroforme utilisé par James Simpson, un obstétricien. Wells l’expérimente encore sur lui-même, combine éther et chloroforme et devient dépendant. Il se suicidera à New York, après une lente descente aux enfers de la toxicomanie, en prison, où il fut incarcéré pour l’agression d’une prostituée.

Tentant de conserver le secret de son anesthésique, Morton le baptise le létheon, “oubli” en grec. Il dépose un brevet pour son appareil mais devra finalement se résoudre à avouer que son gaz n’est autre que l’éther sulfurique rectifié, découvert 400 ans plus tôt par un botaniste allemand.

L’utilisation de l’anesthésique se répand dans le monde entier. En France, c’est le chirurgien Antoine-Joseph de Lamballe qui opère à l’hôpital Saint-Louis le premier patient sous anesthésie, le 22 décembre 1846."

[Avec Docbuzz.fr, d’après La singulière découverte de l’anesthésie, de Patrick Berche et Jean-Jacques Lefrère]

26/07/2013

3000 PERSONNES....

sont venues écouter Noam Chomsky hier. On ne peut s'empêcher de penser à Jean Piaget et de leur mémorable duel, puisque Chomsky parlait dans l'auditoire dédié à l'épistémologue. En voici quels étaient les enjeux:

"En 1975, une rencontre historique opposa Jean Piaget et Noam Chomsky. Le psychologue et le linguiste confrontèrent leurs théories de l'acquisition du langage chez l'enfant.

Le cadre : octobre 1975, à Royaumont (Val-d'Oise), dans une magnifique abbaye cistercienne transformée en centre culturel, le Centre Royaumont pour une science de l'homme.

Les acteurs : Jean Piaget, le célèbre psychologue genevois, âgé de 79 ans. Longs cheveux blancs, sourire courtois, esprit vif et culture encyclopédique, il est l'une des grandes figures de la psychologie. Son contradicteur est Noam Chomsky, 47 ans, linguiste américain venu de Cambridge. Sa théorie de la grammaire générative a révolutionné la linguistique. Une pléiade de chercheurs - psychologues, linguistes, philosophes, neurologues... - participent au débat.

L'enjeu : confronter deux conceptions opposées de la genèse de la pensée et du langage, l'innéisme de Chomsky et le constructivisme de Piaget. Selon Chomsky, il existe des compétences mentales innées, inscrites dans le cerveau de l'homme, qui expliquent notamment ses capacités linguistiques universelles. Piaget soutient que les capacités cognitives de l'humain ne sont ni totalement innées, ni totalement acquises. Elles résultent d'une construction progressive où l'expérience et la maturation interne se combinent." (écrit par JEAN-FRANÇOIS DORTIER - 2008)


article entier sous http://psysoumaya.blogspot.ch/2008/02/le-dbat-piagetchoms...

10/07/2013

NOTES DE S. HAWKING

A la lecture d'un article sur le réchauffement climatique paru dans le Matin d'aujourd'hui, on pourrait rappeler le cri d'angoisse lancé il y a 6 ans par un physicien plus qu'averti:

“Le danger est que le réchauffement de la planète
ne réussisse à s’auto-entretenir, si ce n’est déjà
fait. La fusion des calottes arctique et antarctique
diminue la proportion d’énergie solaire renvoyée
dans l’espace, ce qui accroît encore la température.
Le changement climatique pourrait ravager
l’Amazone et d’autres forêts humides, et éliminer
ainsi l’un des principaux moyens par lequel
l’atmosphère est épurée de son dioxyde de carbone.
L’élévation de la température des océans pourrait
déclencher la libération d’énormes quantités
de méthane, piégées sous forme d’hydrates sur
les fonds océaniques. Ces deux phénomènes
augmenteraient l’effet de serre, et par voie de
conséquence le réchauffement planétaire. Nous
devons inverser d’urgence le réchauffement de la
planète, s’il en est encore temps.”

Stephen Hawking, physicien théoricien (écrit en 2007)


10:54 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

09/07/2013

CHOMSKY

Juste pour info: le Prof. Noam Chomsky donne une conférence le jeudi 25 juillet 2013 à Uni-Dufour à 20h.
Retransmission: Auditorium Arditi et Uni Bastions. (Conf. en anglais avec interprétation en français)

Sujet: qu'est-ce que le langage et en quoi est-ce important? Un point de vue personnel

A ne pas manquer, ce professeur a passé sa vie à travailler sur le sujet.



Merci Mélina

12:21 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

05/06/2013

Thérapie génique

"Plusieurs fondations familiales de différents pays se sont formées pour financer des essais cliniques en 2014 sur la maladie de Sanfilippo de type A et B en utilisant la thérapie génique. Les essais seront effectués au Children’s Hospital à Columbus, en Ohio, aux Etats-Unis par l’équipe du Dr Hayian Fu.

Les deux produits phares sont aptes à transporter le produit thérapeutique au système nerveux central dans le but de prévenir et / ou inverser les effets des erreurs génétiques, cause de la maladie. Les produits appelés ABX-A et ABX-B induisent des cellules dans le système nerveux central et le tube digestif pour produire les enzymes manquantes et aider à réparer les dommages causés aux cellules. Les études menées sur de grands modèles animaux ont montré que les ABX-A et ABX-B sont bien tolérés avec des effets secondaires minimes.

Les études chez des animaux atteints du syndrome de Sanfilippo ont démontré sans précédent l’effet thérapeutique bénéfique pendant des mois après le traitement. Une dose unique de ABX-A ou de ABX-B a restauré de manière significative le fonctionnement cellulaire et celui des organes. En outre, l’espérance de vie des animaux atteints de la maladie de Sanfilippo a augmenté de plus de 100%, un an après le traitement, par rapport aux animaux témoins non traités. De même, les animaux traités avec les ABX-A et ABX-B ont démontré des corrections de défauts cognitifs durables après l'administration du médicament. Ces résultats sont cohérents avec les études de plusieurs laboratoires suggérant que les traitements avec les ABX-A et ABX-B pourraient être potentiellement bénéfiques aux patients atteints du syndrome de Sanfilippo."

Extrait du Rapport annuel 2012 de la Fondation Sanfilippo, Suisse

03/06/2013

AMNÉSIE

Parents, soyez patients car: si les jeunes enfants répètent les mêmes bêtises tout le temps, ce n'est pas par méchanceté ni malice: mais plutôt parce qu’ils ne possèdent qu'une mémoire à court terme. Ils oublient donc vite ce que l’on vient de leur dire.

On appelle cela de l'amnésie infantile. Elle existe chez nos petits de moins de trois ans. La mémoire à long terme se développe plus tard, jusqu’à l’âge de sept ans environ.

On peut donc imaginer qu'il est presque impossible de se souvenir de nos premières années. "Selon des chercheurs canadiens, cette amnésie serait due à une importante fabrication de neurones dans l’hippocampe durant l’enfance."

Tiré de l'article d'Agnès Roux, "Pourquoi les enfants n'ont-ils pas de mémoire? Publié dans Futura-science du 3 juin 2013.

31/05/2013

RORQUALS

"Au Premier Ministre des Pays-Bas Mark Rutte et au Secrétaire d'Etat aux affaires économiques Sharon Dijksma: Les Pays-Bas étant signataire de la Convention internationale pour la réglementation de la chasse à la baleine, nous vous appelons à immédiatement interdire le transit de la viande de baleine à travers les ports hollandais et à aider à mettre fin au commerce mondial de baleines. Votre décision constituera un précédent qui pourra sauver les baleines rorquals et stopper la chasse à la baleine en Europe."

Pour signer la pétition:
http://www.avaaz.org/fr/quelques_jours_pour_stopper_le_massacre_des_baleines/?bgBdpab&v=25294

15/05/2013

LEVER LE VOILE

Avec ce que l’on sait sur la modification du cerveau dans le processus d’alphabétisation*, il est aujourd’hui important de soutenir les programmes qui permettent à des personnes mutiques de s’exprimer par écrit à l’aide d’un ordinateu et surtout d'une personne facilitatrice. Le beau livre de Michel Marcadé intitulé « Au cœur de ton silence » sur la communication facilitée, (méthode qui permet d’aider ces patients à transmettre leurs pensées), ouvre une porte pour une meilleure compréhension de ceux qui ne peuvent parler.

Références: http://www.tmpp.net/cf/etude-gepner-98.pdf

* (Voir article du journal Le Temps du 11 mars 2011, "comment la lecture modifie le cerveau" par Olivier Dessibourg)

18/04/2013

NETTOYAGE DE PRINTEMPS

Extraits de l'article publié dans le Quotidien du Médecin du 17.4.2013

"Des années de recherche sur la souris ont mis en évidence un mécanisme d’autophagie, qui permet aux cellules souches neurales de se maintenir toujours prêtes à remplacer les vieilles cellules cérébrales et nerveuses endommagées.

Ces cellules souches cachées dans les profondeurs du cerveau, attendent le moment où selon les besoins, elles se différencieront en l’un ou l’autre des types cellulaires. Des chercheurs de l’Université du Michigan ont découvert ce qu’ils nomment « le nettoyeur de printemps » qui permet de débarrasser les débris indésirables contenus dans les cellules et de maintenir ces dernières à leur stade de cellules souches.

Une protéine en particulier, FIP200, gouverne le processus de nettoyage, c'est-à-dire l’autophagie. Une réduction de cette protéine et les cellules s’endommagent elles-mêmes, pour finir pas se détruire. Si l'on réduit la présence de FIP200 dans une région cérébrale précise chez la souris, cette région commence à involuer.

« Ces découvertes aident à comprendre pourquoi en vieillissant le cerveau et le système nerveux peuvent être atteints par des dommages permanents, car le ralentissement de l’autophagie empêche le déploiement des cellules de remplacement. » Si cette notion est confirmée chez les humains, cela pourrait aider à trouver des parades à certaines pathologies cérébrales du vieillissement."

Dr BÉ.V.

Nature Neuroscience, doi :10.1038/nn.3365.

14:37 Publié dans santé, Science | Lien permanent | Commentaires (0)

17/04/2013

MÊME LES INSECTES...

...nous apprennent des astuces!

"Selon la revue scientifique britannique Nature Communications, des chercheurs se sont inspirés d'un ver microscopique parasite des poissons pour concevoir un adhésif médical, plus résistant et plus sûr que les agrafes chirurgicales, qui pourrait révolutionner les greffes de peau.

L'invention repose sur des micro-aiguilles imitant la façon dont le ver parasite Pomphorynchus laevis se fixe sur son hôte grâce à sa tête en forme de cactus, qui pénètre son intestin puis gonfle pour s'y maintenir fermement.

"La force d'adhésion de la pointe des micro-aiguilles est plus de trois fois supérieure à celle des agrafes chirurgicales classiques utilisées dans les greffes de peau", résume Seung Yun Yang, biologiste au Brigham and Women's Hospital de Boston et auteur principal de l'étude.

Pour tester l’efficacité de leur découverte, les chercheurs en ont tapissé un patch adhésif de 4cm² et ils ont constaté que les aiguilles pénétraient dans les tissus vivants en douceur, tout en maintenant un contact étroit et solide avec la surface ainsi collée.

"Cette conception unique permet aux aiguilles d'adhérer à des tissus mous en leur causant le moins de dégâts possible. En outre, lorsque le temps est venu de retirer l'adhésif, les tissus, vaisseaux sanguins et nerfs sont moins traumatisés qu'avec des agrafes, et le risque d'infection est également réduit", assure Jeffrey Karp, qui a dirigé ces recherches.

La technique pourrait devenir une alternative aux agrafes et sutures utilisées actuellement pour fixer les greffes de peau sur des patients qui ont souffert de brûlures graves, d'infection, de cancer ou d'autres traumatismes importants. Pour ses concepteurs, les micro-aiguilles pourraient aussi servir à administrer des médicaments, y compris des protéines, en particulier pour les interventions de chirurgie interne."

Article complet d'Egora.fr du 17.4.2013.


25/03/2013

IMAGES DU COSMOS

Et pour nous donner une idée de l'immensité dans laquelle nous évoluons, voici quelques explications et de magnifiques images:

http://www.dailymotion.com/video/xlm47k_les-mysteres-du-c...

21/03/2013

MOINS DE CHLORE DANS LES NEURONES

Il semblerait qu'un diurétique administré à des enfants présentant des troubles autistiques pourrait réduire ces troubles. Un article paru dans "la Recherche" de ce mois (qui a repris les éléments d'une publication antérieure, et de ce fait, l'entérine), explique pourquoi.

A lire: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/autis...

06/03/2013

AVIS DE TEMPÊTE...

...sur la santé des femmes (en particulier en France). C'est P. Lacoste sur le site d'Egora qui nous gratifie d'un article for alarmant. En voici un extrait:

Lire la suite

03/03/2013

ETUDE EPHYCOS

Si vous êtes âgé(e)s de 65 ans ou plus, vous pouvez participer gratuitement pendant une année à un programme d'exercices permettant d'éviter les chutes et de préserver vos capacités physiques et mentales (soit rythmique Jaques-Dalcroze ou mobilité, équilibre et renforcement musculaire). Des cours sont donnés dans le cadre de cette étude parrainée par les hôpitaux universitaires de Genève, à Thônex, Genève et Vernier (accessibles par TPG).

Si vous êtes intéressé(e)s à prendre part à cette étude et souhaitez plus de renseignements, notamment sur les critères à remplir, vous pouvez appeler au 022 305 63 28 ou écrire à melany.hars@hcuge.ch.

16:01 Publié dans santé, Science | Lien permanent | Commentaires (0)