11/02/2010

RÉPONSE À MICHEL BLANC

....qui se demandait hier, dans le film "Je vous trouve beau" projeté sur notre chaîne favorite, quelle était l'origine du mot tutu: il proviendrait du mot tulle.

tutu.jpg

Lire la suite

16:41 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

07/01/2010

Etoffes (2)

Les mots désignants des types de tissus sont très souvent issus de la langue arabe. En voici quelques uns qui ont enrichi non seulement notre langue mais ces tissus orientaux ont drapé même les marins:

coton: provenant de l'arabe qtun ou qutun, satin: dérivé de zaytûn; mousseline: dérive de mawsilî, orginaire de Mossoul; ottoman: vient de 'uthmâni (fondateur de la dynastie); gaze, de l'arabe qazz, soie brute;  mohair, poil de chèvre angora, de mukkhayyar qui signifie "choisi", moire, dérive aussi de mohair; damas, brocard à double face orné de dessins satinés en relief, provenant de la ville Damas; futaine: de la ville Al-Fustât; baldaquin, à l'origine, ce mot définissait une riche étoffe de soie, il est une des formes anciennes du nom de la ville de Baghdâd.

Moins connus: bouracan, laine venant de barrakân, étoffe de poil de chameau; camelot, tissu fait également de poil de chameau, de chèvre ou de laine de mouton, venant de khamlat; alépine: orginaire d'Alep, de l'arabe halabî; cendal, soie précieuse, provenant de sandal évolution de sundus.

*Le caban, vêtement de marin, provient de qabâ, signifiant tunique en arabe; la gabardine est un croisement de gaban, de l'arabe qabâ' tunique et de tabart, ancient français pour manteau

Lire la suite

16:48 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

06/01/2010

LE LION (1)

lionne.jpg

Cette lionne apparaît sur un relief assyrien. Les chasseurs royaux connaissaient l'anatomie de leur proie: en tirant une flèche dans son flanc, ils la paralysaient. Léo(nard) de Vinci l'aurait-il aussi bien sculptée?

Lire la suite

11:55 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

02/01/2010

LE CONCERT

Le-concert_fichefilm_imagesfilm.jpg

Merveilleux film que "Le Concert" qui passe au Scala du réalisateur Radu Mihaileanu.

Le thème: A l'époque de Brejnev, Andrei Filipov était  le plus grand chef d'orchestre d'Union soviétique et dirigeait l'orchestre du Bolchoï. Mais après avoir refusé de se séparer de ses musiciens juifs, il a été licencié en pleine gloire. Trente ans plus tard, il travaille toujours au Bolchoï mais comme homme de ménage. Un soir, alors qu'Andrei est resté tard pour nettoyer, il tombe sur un fax adressé à la direction du Bolchoï : il s'agit d'une invitation du Théâtre du Châtelet conviant l'orchestre à venir jouer à Paris. Soudain, Andrei a une idée folle : pourquoi ne pas réunir ses anciens copains musiciens, qui vivent de petits boulots, et les emmener à Paris, en les faisant passer pour le Bolchoï ?

La musique*, un délice, le regard des acteurs hantant, les caricatures de certains personages irrésistibles, les décors somptueux, le rythme effrené.

On en sort bouleversé mais aussi ragaillardi par tant de punch!

Un grand moment pour commencer l'année.

*Sarah Nemtanu, premier violon solo de l'Orchestre National de France est l'interprète de la bande-son du concerto de Tchaikovsky.

10:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

06/11/2009

Collaboration helvético-turque

Si M. Leuenberger s'est rendu hier sur le chantier du tunnel ferroviaire de Marmaray , qui passera sous le centre d'Istanbul et sous le Bosphore pour relier l'Europe et l'Asie, il peut donc nous donner ses notes de chantier et nous aider à concrétiser notre  projet de traversée de la rade par un tunnel!  Celui-ci ne fera pas 13,6 km et n'aura probablement pas besoin de protection anti-sismique, quoique?

 

Et si ce projet voit le jour, nous pourrions obtenir d'intéressants résultats historiques, tout comme à Istanbul, où la découverte des vestiges du port d'Eleuterio  (IVème siècle) a rempli de joie les archéologues mais moins les ingénieurs du tunnel.  D'autres fragments de la fouille fournissent la plus ancienne preuve d'habitation à Istanbul qui remonte à 6000 ans avant JC.  A voir: http://fr.wikipedia.org/wiki/Marmaray et en anglais: www.marmaray.com

 

chesapeake1_bridge_1.jpgEt puis, si nous ne tombons toujours pas d'accord sur la version pont ou tunnel, il reste une possibilité: construire les deux. Cela s'est fait à Chesapeake Bay, un ouvrage impressionnant: "le double pont de Chesapeake Bay n’est pas qu’un simple pont. Il s’agit de la combinaison d’un pont et d’un tunnel. A mi-chemin environ, la route disparaît dans les eaux et ressort quelques centaines de mètres plus loin. Ce système permet aux bateaux de pouvoir passer en permanence, sans avoir à lever un quelconque tronçon de route. Avec plus de 24 km, ce pont est l’un des plus longs du monde". Source: www.planet.fr.

 

Un bon week-end !

 

 

Crédit photographique: courtesy of Chesapeake Bay-Bridge Tunnel

16:19 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

13/08/2009

Notre FAO culturelle

D'ordinaire on ne lit pas la Feuille d'Avis Officielle comme un journal de loisirs d'été et pourtant.... grâce à l'idée de notre Chancelier d'une série estivale , depuis 9 ans elle vous propose des articles des plus intéressants tels que, la redécouverte des sites de la Genève historique, les promenades qui vous emmènent admirer les maisons rurales de notre campagne, des promenades au fil de nos cours d'eau ou au fil des noms de nos rues. Ces deux dernières années, le scénario de la série des Genevois illustres dans le monde, imaginé par Marie-Hélène Haari vous ouvrira des portes d'information inconnues. Bon voyage dans le passé genevois où vous découvrirez des trésors! http://www.ge.ch/fao/estivales.asp.

11:47 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

09/07/2009

Que le grand Brick me Grock*...si je mens

villagrockmeilleure.jpg

 

Peut-être ne connaît-on pas Grock, notre inimitable clown que l'on célèbre aujourd'hui, sous l'étiquette d'un bâtisseur. Et pourtant, il a fait construire (avec Armando Brignole) la plus extraordinaire maison qu'il soit, au-dessus d'Imperia-Oneglia, dominant la Riviera des fleurs dans les collines des "cascine".

 

 Dans les guides touristiques on parle de la Villa Bianca comme un étrange assemblage de 11000 m2 d'art déco, d'ésotérisme, de rococo, d'éléments orientaux, baroques.  Un petit  côté Gaudi aussi... Les terrasses extravagantes s'inclinent voluptueusement vers la mer….  Et le jardin? Il préserve des cèdres du Liban, des magnolias, des palmiers et des fleurs à profusion mais sous de cette féerie, l'ingénieux clown se dote d'une immense installation hydraulique avec des systèmes d'avant-garde pour les jeux d'eau des fontaines reliées au petit lac.

 

Il y a une volonté, derrière cette belle mise en scène: tous les effets ont été pensés avec une précision maniaque, comme l'ont fait les Claude François et Michael Jackson, dont les passages sur scène étaient minutieusement chronométrés et soumis à leurs propres moindres détails.

 

Citons une phrase d'un essai sur Richard Lindner intitulé "l'Homme nu" par Sylvie Carnet. "Pourquoi approcher le tabouret du piano alors qu'on peut aussi approcher le piano du tabouret ? Tel est le type de gag que Grock met au point et qui fait se côtoyer le monde de l'enfance et celui de l'homme adulte en libérant l'adulte de la tyrannie de l'ordre et du bien faire"…

 

Voilà l'exact lien entre les trois hommes.

 

*1904 - Brick et Grock sont engagés par le cirque Medrano

18:26 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

24/04/2009

A chevaleresque, chevaleresque et demi!

Ce matin en ouvrant sa portière, ce jeune homme a heurté celle de son voisin parqué à côté de lui. Consciencieusement il met un carton sur le pare-brise de la voiture en question en le priant de le contacter pour le petit dommage. Réponse du propriétaire de la voiture: pas de problème, je ne le réparerai pas mais envoyez donc une petite somme à votre association préférée. Chapeau bas Monsieur!

08:58 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

14/04/2009

Un nouveau musée tibétain* à Gruyère

 

Je souhaite de tout cœur que ce lieu attire des projets dédiés à la préservation de la culture tibétaine:  

Lire la suite

17:31 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

08/10/2008

La culture dans la Constitution genevoise

Merci à M. Charly Schwarz qui m'a donné l'opportunité de présenter ce texte lors de sa réunion "Culture à Genève" du lundi 6.10.08

 

 

Considérant que dans la Constitution genevoise actuelle, malgré ses 62 pages, aucun article ne se réfère à l’art ou à la culture, nous estimons que plusieurs articles devraient y être consacrés. Notre canton et notre ville dépensent 23 millions de francs  pour la culture soit 1553 francs par habitant, plus que tous les autres cantons, selon les chiffres 2005 (1). Visiblement nous sommes sur le terrain mais le principe n’est pas inscrit dans la Constitution !

 

Voici nos propositions sur la culture qui sont déjà sur notre site et que nous souhaiterions voir apparaître dans la Constitution (nous allons en ajouter d'autres concernant ce que nous pouvons d'ores et déjà appeler, les espaces culturels qui manquent à Genève).

Proposition 1[2]: L’accès à l’enseignement artistique (et sportive) doit être constitutionnellement prévu (2)

Proposition 2 plus spécifiquement dédiée à la protection des sites (3) : Le patrimoine urbain représente une partie de la mémoire du canton. Des mesures pour sa protection, son entretien et sa réfection doivent être édictées. Nul citoyen genevois ne devrait être mis devant le fait accompli d’une destruction ou de l’enlaidissement d’un bâtiment…(4)

J’ai recherché les articles des constitutions « proches » de nous, consacrés à la culture: la Constitution fédérale et celles des cantons proches d'une frontière. On peut distinguer 3 approches dans leurs articles: la vision « protection de la culture », l’encouragement à la diversité culturelle, et la prise en charge de la culture dans le cadre de l’enseignement.

Dans la Constitution fédérale (5)  l’article se lit : La liberté de l’art est garantie. Les Constitutions vaudoise, neuchâteloise et fribourgeoise ont repris le libellé de la Constitution fédérale.  La Constitution vaudoise ajoute que (6) : l’Etat conserve, protège, enrichit et promeut les patrimoines culturels et naturels. La Constitution valaisanne dit: l’Etat encourage dans la mesure de ses ressources financières l’enseignement professionnel concernant le commerce, l’industrie, l’agriculture et les arts et métiers.

La Constitution du Jura (7): énumère les libertés individuelles garanties, spécifiquement, la liberté de l’art et de la recherche. Dans son chapitre 6 (culture et éducation des adultes) elle spécifie dans son article 42 :  l’Etat et les communes soutiennent les activités culturelles dans le domaine de la création, de la recherche, de l’animation et de la diffusion. Ils veillent et contribuent à la conservation, à l’enrichissement et à la mise en valeur du patrimoine jurassien, notamment du patois. Ils favorisent l’illustration de la langue française.

Bâle ville: dans son article 18 écrit : les jardins d'enfants, les écoles, les structures d'accueil à la journée, les institutions spécialisées et les homes encouragent les enfants et les jeunes et exigent de leur part des efforts en fonction de leurs aptitudes et de leurs goûts. Il favorisent l'intégration de tous les enfants et jeunes dans la société et jettent des ponts entre les cultures. Bâle campagne cite aussi les efforts des communes: le canton et les communes encouragent la création artistique et scientifique et facilitent l’accès à la vie culturelle. Bâle s’efforce de rendre accessible à tous les connaissances et la performance dans l’art et de la science. Cette Constitution contient donc un article sur la culture qui permet de définir une politique cohérente, en collaboration avec B.-Ville (8).[8]

Dans la Constitution bernoise : la liberté de l’expression artistique est garantie. Son article 32 (sur la Protection des monuments naturels et biens culturels) se lit ainsi : le canton et les communes prennent, en collaboration avec des organisations privées, des mesures pour conserver les paysages et sites dignes de protection ainsi que les monuments naturels et les biens culturels. Article 48: 1. Les cantons et les communes faciitent l'accès à la vie culturelle. Ils encouragent la création et les échanges culturels. 2. Dans cette activité, ils prennent en considération les besoins de toutes les parties de la population et la diversité culturelle du canton. (La constitution bernoise donne un statut particulier au Jura bernois qui doit lui permettre de préserver son identité, de conserver sa particularité linguistique et culturelle (article 5) (9).

Les constitutions de Zurich, Lucerne et des Grisons (avec ses communes) mentionnent aussi largement la culture.

Plusieurs constitutions cantonales parlent dès leur préambule de la culture, notamment, la Constitution du Tessin dit qu’elle est fidèle au devoir historique d’interprétation de la culture italienne dans la Confédération Helvétique. Son article 4 dit: Le canton garantit et met en œuvre la liberté et les droits individuels et sociaux de qui vit sur son territoire, fait la promotion de la culture, la solidarité et le bien-être économique …

Voici donc un trésor dans lequel puiser pour créer nos articles sur la culture et de les situer dans le contexte genevois.



[1]1.  Frédéric Varlone, politologue et économiste

[2] 2. Publiée le 31.8.8

[3] 3 .Publiée le 5.9.8

[4] 4. même si ces activités sont dictées par la politique d’aménagement du territoire. A cet effet, l’UNESCO peut être appelée à conseiller les autorités

[5] 5. Datant de 2000 : Sous droit fondamentaux citoyenneté et but sociaux

[6] 6. Dans son chapitre 4

[7] 7. Dans son article 8 sur la liberté individuelle garantie

[8] 8. Encyclopédie de la Suisse,  Kaspar Birkäuser

[9] 9. le canton et les communes bernois se fixent les buits suivants dans le cadre de la culture: ....que les désirs et les besoins des jeunes soient pris en considération.

21:08 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3)