23/02/2017

CEUX QUI ARPENTAIENT LES RUES-BASSES (1)

Qui se souvient de la dame âgée au regard insoutenable, tenant dans son sac, un chat noir, aux yeux tout aussi farouches? Elle se trouvait souvent devant le "Grand-Passage".

Et celle qui vendait des bouquets de violettes, munie d'un fichu? Mes copains ados disaient qu'elle était un indic! C'était mystérieux!

Et ce couple d'environ 80 ans qui ne se lassait pas de s'habiller en vedette, tirés à quatre épingles, trottant menu sur le macadam. Leur surnom: les mannequins.

Et le dernier ramoneur de la loterie romande, mince comme un fil et joyeux comme un luron? Son chapeau claque nous remontait le moral.

Et le vendeur de la Tribune qui criait toutes les minutes "La Tribune!" en s'éraillant la voix. Habillé de noir, avec une casquette effrayant les enfants (sauf ma soeur qui lui donnait le bonbon reçu de l'épicière!) il était tordu par les rhumatismes mais ne loupait aucun jour de la semaine.

Et la dame au vélo, dont le cadre s'enrichissait de fleurs, qui portait un châle de Carmen, la belle bohémienne?

Et par-dessus tous ces personnages, les marquises des magasins nous protégeaient de la pluie et nous permettaient de dévisager les passantes pour noter quelles étaient les plus belles. Marquises autrefois en bois, qui s'étaient embellies depuis le temps du Moyen-Âge....



13:49 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

Je me rappelle ce petit bonhomme un peu contrefait qui passait ses journées a balayer avec application le meme bout de trottoir devant l`Uniprix de la rue de carouge. Ou ce vieux monsieur qui jouait de l`orgue de Barbarie a la rue du Rhone avec un gros matou dignement perché sur l`instrument tel un capitaine de bateau a la barre d`un navire porté par les vagues de la musique...

Écrit par : Jean Jarogh | 23/02/2017

Ah oui, ce dernier joue encore aujourd'hui dans les Rues-Basses. J'adore sa musique de guinguette.

Écrit par : NIN.A.MAH | 23/02/2017

Heureux de l`apprendre, ca fait une vingtaine d`années que j`ai quitté Geneve. Il a du y avoir quand meme quelques releves du capitaine-chat depuis. Quand je les voyais, je leur glissais toujours quelques francs par reconnaissance de ce qu`ils égayaient ma vie pour quelques minutes. On m`a dit que, depuis, il y a pléthore de musiciens tziganes des pays de l`Est qui font la manche a Geneve. Il faut savoir qu`une bonne partie d`entre-eux ne voient pas la couleur de la piece que vous leur glissez car ils sont les esclaves de maffias spécialisées qui leur raflent tout en fin de journée. Leurs "propriétaires" sont en général garés quelque part sur un parking gratuit en périphérie ou ils entassent a mesure le butin dans une vieille bagnole pourrie qui paye pas de mine. Ca fait bizarre, hein, de savoir que l`esclavagisme existe toujours en Europe? Si le quidam joue comme un pied et qu`en plus il ne dit pas merci meme dans sa langue a lui, il y a des chances que ce soit un esclave.

Écrit par : jean jarogh | 23/02/2017

Deux personnes proches ont été le jouet de trois dames adorables qui ont prétexté des maladies de leurs enfants, des morts dans leur famille, un toit de leur maison qui s'écroulaient, le manque de chauffage, de nourriture, de médicaments. Elles faisaient brillamment du chantage au suicide. Elles se disaient seules à élever leurs enfants, alors qu'elles sont mariées et bien portantes. Deux personnes (bourrées de bonnes intentions) donc, suffisaient à leur payer une grande maison et une voiture de rêve. De fines psychologues qui ne faisaient même pas partie d'un réseau. Elles ont bien eu ces braves gadjos (personnes ne faisant pas partie de la famille des Roms). Et si on leur parlait de mensonges, elles se signaient....

Écrit par : NIN.A.MAH | 24/02/2017

Tous les personnages que vous citez évoquent pour moi les films de Fellini. Des personnages sortis de nulle part et qui vous tombent comme ça devant les yeux. C'est très émouvant. Je me souviens de cette dame âgée, habillée et maquillée de façon surannée, celle qui vendait les bouquets de violettes ...
Tout passe ...

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 24/02/2017

Vous avez raison et j'avais oublié ce détail. Elle avait des pommettes rouges comme une poupée russe!

Écrit par : NIN.A.MAH | 24/02/2017

Les commentaires sont fermés.