05/08/2016

UNE SEMAINE CALME

Impossible de parler d'intox, quand un Israélien, Ilan Rozenkier écrit :

"Lentement mais surement, Israël est en train de renoncer à des attributs qui en faisaient une société ouverte, libérale au sens anglo-saxon du terme. Ces atteintes, ici coups de canif, là véritables agressions, se constatent dans le domaine culturel, dans les médias, dans le secteur juridique...Bref, la droite israélienne qui a gagné la bataille politique (démocratiquement...mais non sans populisme) aspire dorénavant à l'hégémonie culturelle chère à Antonio Gramci.

En Israël la situation se dégrade, les signes de délitement se multiplient. La loi qui vise à délégitimer les ONG en les faisant passer pour des "agents de l'étranger" a été adoptée, quoi qu’adoucie, sans entrainer finalement trop de remous. Pourtant ces ONG œuvrent d'abord et avant tout "pour" Israël parce qu'elles se préoccupent de ce qui arrive aux Palestiniens et s’intéressent à ce qui se passe de l'autre côté, en territoires occupés, là ou les Israéliens ne vont jamais, sauf les résidents des implantations et les soldats "immobilisés" pour assurer leur protection.

Une autre loi adoptée récemment par la Knesset va permettre à une majorité des deux tiers d'expulser tout député qui inciterait au racisme ou à soutenir la lutte armée contre l'état d'Israël. C'est bien entendu Hanin Zoabi qui était visée pour ses derniers commentaires virulents contre les soldats de Tsahal ou pour sa participation à la flottille du Marmara. Mais des moyens de rétorsion existaient déjà. C'est le peuple qui envoie à la Knesset ses représentants, c'est à lui seul de les en faire sortir. Alors que Zoabi risquait de perdre l'investiture de son parti, elle va se trouver renforcée par cette loi qui stigmatise une fois de plus la communauté arabe. Quoi d’étonnant dès lors que l'équivalent d'un président de Conseil régional déclare ne pas vouloir d'arabes dans ses piscines?

De l'autre côté d'une ligne verte qui n'existe plus, la situation n'est guère meilleure. Les constructions dans les implantations se poursuivent. Les destructions s'intensifient alors que les permis de construire ne sont pas (pas du tout ou pas assez) accordés aux Palestiniens, ce qui ne peut qu'accroitre leur désespérance. A titre d'illustration de ce que l'occupation signifie, on pourra se reporter à ce qu'a récemment publié sur sa page facebook Mossi Raz, secrétaire du Meretz: " Une semaine calme s'est écoulée... Deux Palestiniens ont été tués dont un enfant de 12 ans. Depuis le début de l'année, 76 Palestiniens ont été tués dont 22 enfants. 74 ont été blessés cette semaine dont 15 enfants. 39 maisons ont été détruites. A dix reprises l'armée a tiré en direction de Palestiniens dans la bande de Gaza. Elle y a pénétré trois fois pour aplanir des terrains. 44 000 personnes ont été assiégées. L'approvisionnement en eau de 600 000 gazaouis a été réduit. 155 Palestiniens ont été arrêtés".
Voila ce que dissimule le vocable "occupation"...

C'est pour qu'elle ne se prolonge pas au delà de son cinquantenaire que le camp de la Paix en Israël et de par le monde se mobilisera au cours de l'année à venir."

(source: repris de La Paix Maintenant)

Les commentaires sont fermés.