04/10/2014

UN SENS A LA DOULEUR?


"L'avantage d'être pourfendu est de comprendre dans chaque tête et dans toute chose la peine de chaque être d'être incomplet. J'étais entier, je ne comprenais pas. J'évoluais sourd et incommunicable parmi les douleurs et les blessures semées partout, là même où un être entier ne saurait l'imaginer. Ce n'est pas moi seul qui suis écartelé et pourfendu mais toi aussi, nous tous.
Et maintenant je sens une fraternité qu'avant, lorsque j'étais entier, je ne connaissais pas. Une fraternité que me lie à toutes les mutilations, toutes les carences du monde. Si tu viens avec moi, tu apprendras à souffrir des maux de tous et à soigner les tiens en soignant les leurs."

Le Vicomte pourfendu, Italo Calvino

Commentaires

Bel idéal à condition de chercher également à savoir pourquoi et de quoi l'on souffre, fait souffrir ou accepte que l'on nous fasse souffrir.

Et de ne pas accepter que l'on évite de se poser la question de savoir pourquoi l'on serait incapable d'être fraternel/e sans expérience individuelle de douleurs, blessures, mutilations et variés autres maux.

Sans oublier que nous trinquons non à la douleur mais à la santé d'autrui.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 04/10/2014

Les commentaires sont fermés.