03/04/2014

HOMMAGE À MARIE-AUGUSTA MARTIN

Elle a des yeux malicieux et de jolies joues roses. Nous partons ensemble d'un fou rire, parfois, lors de rencontres aux divers clubs de poésie que nous fréquentons. Elle savoure les bandes dessinées de Calvin et Hobbs que je lui ai prêtées. Trop bien!
Mais surtout, elle est dotée d'une plume délicate et cisèle ses poèmes, dont voici un extrait:

....
"Arbres en fleurs, roses trémières
Qui dès demain refleurirez
Tenez vos promesses premières
Ignorez que vous souffrirez
De recevoir dans vos feuillages
Un peu du vent de mes étés
Il garde au creux de son sillage
Tout ce qu'un jour j'y ai jeté
Pour que l'oubli reste sans prise
Au bord des chemins foudroyés.
Sur le mur de la maison grise
Tous mes soleils ont flamboyé"

Extrait de la maison grise dans Florilège genevois, Ed. Slatkine, 1991, p. 126)

Les commentaires sont fermés.