13/02/2014

1992

L'importance de garder des coupures de journaux, au risque de s'y noyer (!), n'est plus à démontrer. Et voici que titre notre Tribune de Genève dans sa page 9 du 30 décembre 1992:

"L'Europe scientifique ne fermera pas ses portes aux chercheurs suisses". C'est la phrase du patron du Fonds national de cette époque récente (André Aeschlimann) qui dépassionnait le débat sur les conséquences du rejet de l'EEEE.

Il prônait l'échange de jeunes scientifiques français contre de jeunes scientifiques suisses.

Ces échanges pourraient également servir aux grandes entreprises considérant que la recherche appliquée est aussi importante que la recherche fondamentale.

Haut les cœurs, donc!

Les commentaires sont fermés.