20/12/2012

CE QU'ON PEUT FAIRE

Dans son livre "Mourir de dire", Boris Cyrulnik nous donne un onguent qui permet à celles et ceux qui sont victimes de violence de s'en sortir. Il dit "c'est l'abandon, l'absence de soutien....l'isolement affectif et relationnel qui sont les plus forts déterminants de la reproduction de cette violence." Donc, il faut que tous ceux qui ont contact avec ces victimes (amis, famille, voisins) deviennent des "soutenants". Parler, parler, parler avec quelqu'un qui comprend, est une libération.


http://www.ge.ch/violences-domestiques/

Les commentaires sont fermés.