• CORBEAU ET RATON-LAVEUR

    Une vidéo remarquable d'un corbeau prise à l'intérieur de son "garde-manger". Sa délicatesse pour arriver à ses fins est digne d'un horloger!
    http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/zoologie/d/en-video-lextraordinaire-vision-en-3d-des-corbeaux-caledoniens_42223/#xtor=EPR-17-[QUOTIDIENNE]-20121031-[ACTU-en_video_:_l_extraordinaire_vision_en_3d_des_corbeaux_caledoniens]

    Et puis, la vidéo d'un voleur bien mignon!

    http://www.humourr.com/divers/videoplayer-1522.html

  • EN BOULE

    Mais non, il n'y a pas que vous qui pouvez (qui puissiez?) être en boule (par exemple, si vous conduisez derrière un chauffard). Il y a aussi la foudre.

    Voici un article intéressant sur ce phénomène (dont nous nous souvenons tous grâce aux 7 boules de cristal) qui pourrait être en passe d'être résolu.

    http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/10/17/enigme-de-la-foudre-en-boule-enfin-resolue-physique/

    Merci à Monsieur Barthélémy, son auteur.

    Au fait, les archéologues ne croient pas aux malédictions!

  • TSUNAMI LÉMANIQUE

    Et pour accompagner l'article du Temps d'aujourd'hui sur cet événement qui s'est passé, rassurez-vous, en 563, voici l'article sur ce sujet dans le blog du journal Le Monde:


    http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/10/28/des-chercheurs-reconstituent-le-tsunami-du-lac-leman-de-563/

    Ne manquez pas de lire les commentaires, pour un fou rire garanti!

  • DEUX COLONELS

    Colonel Ann Wright et Colonel Jill Morgenthaler. Deux femmes courageuses: l'une était farouchement opposée à la guerre en Iraq, l'autre a combattu en Iraq. L'une est contre les drones, l'autre, se bat pour le droit à l'avortement.

    Dans sa lettre de démission (texte dans les sources de Wikipedia sous son nom), Wright a expliqué les raisons pour lesquelles elle ne pouvait plus travailler pour le gouvernement américain (administration Bush): la décision d'envahir l'Iraq sans la permission du Conseil de Sécurité de l'ONU, "Le manque d'efforts" dans le processus de paix israélo-palestinien, "Le manque de clarté politique" relative à la Corée du Nord, la diminution des libertés civiques aux États-Unis.

    Jill Morgenthaler a été chargée de remettre la ville en état de fonctionner lors du tremblement de terre de San Francisco de 1989. Elle a aussi été responsable des opérations d'évacuation pour les réfugiés Kosovar.

  • CHATEAU À VIVRE

    Une chambre du château de Coudrée, tout près de Genève, est bâtie comme sur une passerelle. D'un côté du "couloir", vous pouvez admirer le lac, de l'autre, vous pouvez vous pencher sur la cour intérieure. Le lit se trouve au fond de la chambre à plusieurs mètres de l'entrée. C'est résolument la chambre la plus originale et la plus romantique qu'on puisse habiter!

  • PARADOXAL

    Etonnant ce monde qui sait fabriquer des implants susceptibles de prévenir des accidents cardiaques (TdG du 26.10.12 p. 5) et qui ne permet pas aux plus pauvres de se nourrir (1 personne sur 8 souffre de la faim) ni de se loger (100 millions de gens à la rue en 2005).

  • ADN ADAPTABLE

    Quand une abeille change de "travail", son ADN s'adapte.
    http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/zoologie/d/quand-une-abeille-change-de-role-dans-la-ruche-son-adn-sadapte_41249/

    A lire aussi sur le Temps d'aujourd'hui, un article concernant "la résurrection des virus fantômes", peut-être responsable de cancer. (Tiré de Nature).

  • EN TOUTE NAÏVETÉ

    SIG est une entreprise dont le capital de dotation est réparti entre l'Etat de Genève (55 %), la ville de Genève (30 %) et les communes genevoises (15 %). Lorsqu'elle achète des panneaux voltaïques, ne doit-elle pas en référer à ces entités? Peut-elle acheter des panneaux chinois plutôt que des panneaux fabriqués près de chez nous? L'Etat n'est-il pas le garant de l'économie locale ou ne l'encourage-t-elle plus? Pourtant les programmes incitant à la création et la durabilité des PME semblent battre leur plein.


    Référence-source: lettre de lecteur du 24.10.2012 signée Pierre Bulhozer qui souligne la faillite de la société Flexcell, fabrique de panneaux solaires basée à Yverdon. Voir aussi, http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/4291853-la-faillite-de-flexcell-en-suisse-signale-les-difficultes-de-la-branche-photovoltaique.html .

    Autre source: Couleurs locales, 16 octobre 2012 (RTS.CH)
    GE: la plus grande centrale photovoltaïque de Suisse a été inaugurée mardi sur le toit de Palexpo. NB: l'Etat n'est-il pas également l'actionnaire majoritaire de Palexpo SA?

  • CONCERT AU CHÂTEAU

    Que diriez-vous d'un week-end à l'autre bout de la Suisse avec, en prime, un concert de musique de chambre dans un château proche de la ville de St-Gall ?

    L'ensemble Nachtigall en formation de quintette à cordes donnera un concert

    le dimanche 4 novembre à 11h00
    au Schloss Dottenwil (Wittenbach - proche de St Gall)

    Au programme :
    A. DVORAK - Quatuor à cordes les Cyprès op 61 (5 extraits)
    A. PÄRT - Da Pacem Domine
    A. DVORAK - Quintette à cordes en sol majeur op 77

    Entrée 20 CHF
    Réservation : chez Mme Monika Huber-Soldera
    au 071 298 35 56 ou 079 626 27 38
    Schloss Dottenwil


    site : www.nachtigall-ge.com

  • EXTRAIT D'UN ÉVANGILE....

    Connaissez-vous" l'évangile selon Pilate" ? Un très beau livre d'Eric-Emmanuel Schmitt dont voici une pensée:

    "Etre d'ici ou d'ailleurs, quelle importance? ..... Epouser un pays, ses particularités, c'est épouser ce qu'il a de petit. S'en tenir à sa terre, c'est ramper..... Ce qui m'intéresse dans les hommes, désormais, ce n'est pas ce qu'ils ont de romain, de grec ou d'égyptien, c'est ce qu'ils pourraient avoir de beau, de généreux, de juste, ce qu'ils peuvent inventer qui rendrait le monde meilleur et habitable."

  • Hommage à Emmanuelle

    Pourquoi pense-t-on souvent qu'une belle femme ne meurt jamais?
    En hommage à l'une d'elle, Emmanuelle, voici la belle chanson de Pierre Bachelet:

    http://www.youtube.com/watch?v=e0v3lHd0AM0&feature=related

  • UN AUTRE SITE NABATÉEN

    30206307_400Hij.jpg

    (source: http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=42875&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

    On connait le site de Pétra, une merveille archéologique pour laquelle le Musée de Bâle a créé une exposition aujourd'hui. Mais voici une autre composante moins connue de la civilisation nabatéenne qui se situe en Arabie Saoudite: al-Hijr.

    " Décrite comme la cité nabatéenne la mieux conservée à l'exception de Petra en Jordanie, Al-Hijr, également appelée Madaïn Saleh, est le premier site archéologique saoudien à être inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco....

    Al-Hijr, à 400 km au nord de Médine, ville sainte islamique de l'ouest de l'Arabie saoudite, est une cité antique creusée dans la roche sur plus de 15 km². Elle comporte 138 tombes monumentales, la plupart ornées de façades décorées. Avec ses puits, le site est un exemple exceptionnel de la qualité de l'architecture des Nabatéens et de leur maîtrise des techniques hydrauliques.

    Il offre un témoignage unique de la civilisation nabatéenne, entre les IIe et IIIe siècles avant J.-C., et de la période préislamique.

    À son apogée et pendant près de deux siècles, le royaume nabatéen s'est étendu sur le sud de la Syrie, le désert du Néguev et le Hejaz (nord-ouest saoudien).

    Les Nabatéens, à l'origine des nomades de la Péninsule arabique, ont été les maîtres du commerce de l'encens, des épices et des plantes aromatiques durant l'Antiquité tardive. Ils contrôlaient alors les routes terrestres reliant l'océan Indien à la mer Rouge et à la Méditerranée.

    La civilisation nabatéenne a périclité sous les coups de l'empire romain qui a annexé leur zone d'influence en 106 de notre ère.

    La zone d'Al-Hijr recèle les vestiges d'autres civilisations. A Al-Alaa, 22 km au sud d'Al-Hijr, des tombes creusées au sommet d'une montagne de rocs roses témoignent d'une implantation humaine ancienne.

    Des fouilles sont en cours, et l'ouverture au public devrait intervenir prochainement.

    "C'était une capitale du commerce ancien, située sur le route de l'encens et des épices. Ce lieu était le capitale du royaume des Maïn jusqu'à l'arrivée des Nabatéens", explique Souleiman al-Motlak, représentant local du département du tourisme saoudien."

    Source: AFP

  • OYEZ BONNES ET BONS CALVINISTES

    Gavin est un prénom courant en Écosse signifiant faucon blanc ou petit faucon, qui serait issu du nom du chevalier Gauvain.

    "Gauvain est souvent considéré comme le meilleur des chevaliers de la Table Ronde car il est fort et mesuré. C'est le chevalier modèle : il fait preuve d'une courtoisie exemplaire pour tous les autres chevaliers de son temps. Gauvain porte fréquemment l'épée du roi Arthur : Excalibur. Gauvain a la particularité de voir sa force croître avec le soleil, celle-ci étant à son paroxysme aux heures de midi, avant de diminuer jusqu'à la tombée de la nuit." (Wikipedia)

    Mais vous souvenez-vous que Jean Calvin s’appelait en réalité Jehan Cauvin ? (le chauve).
    De la Picardie d’où venait le célèbre théologien à la Bretagne, puis à la Grande-Bretagne, il n’y a pas vingt mille lieues, il y en a approximativement 156 !

    On peut imaginer que le prénom ou le nom ait traversé la Manche. Le G aurait-il été transformé en K, comme il arrive dans les meilleures familles indo-européennes ?

    Le flamboyant orateur aurait-il voulu imiter son homonyme ? Tous les deux semblent tenir et appartenir à une communauté mystique. Mais aussi, n’étaient-ils pas liés par la quête du Graal ?

    Lire la suite

  • CHAUD AU COEUR

    Oui c'est émouvant cette marche de l'espoir, où des dizaines d'enfants se précipitent joyeusement le long des quais dès tôt le matin du dimanche pour en aider d'autres!

  • MILEVA, FEMME EXTRAORDINAIRE

    Mileva Maric voit le jour en 1875, en Hongrie. Soutenue par son père, elle obtient à 15 ans une licence spéciale l'autorisant à étudier dans une école de garçons spécialisée en physique et mathématique, matières auxquelles les filles n'ont pas accès à l'époque.
    Mileva termine brillamment ses études en obtenant les meilleures notes de l'école en math et en physique et s'inscrit à l'université de Zurich en Suisse, l'une des rares universités acceptant les femmes.
    Ils ne sont que 5 à suivre le programme de physique, et 2 à suivre le cours de "Physique théorique", c'est-à-dire elle-même et Albert Einstein.

    Partageant la même passion pour la physique, Albert et Mileva entament rapidement une liaison. Tous deux réussissent leur première année, mais Mileva, contre toute attente, change d'université pour suivre les cours du professeur Philip Lenard à l'université d'Heidelberg, lequel applique les maths à la physique.

    Mileva en fait part à Albert ; ensemble, ils rédigent un livre de physique quantique, basé sur les cours de Lenard. Ils s'inspirent également des théories de Maxwell, premier physicien à combiner les équations des phénomènes électrique et magnétique.

    Ils étudieront ces nouvelles théories par eux-mêmes, l'université de Zurich faisant partie de la "vieille école". Mileva devient l'assistante du professeur Weber, et entame une thèse sur la conductivité thermale (Einstein choisira le même sujet, mais abordé sous un angle différent).
    L'année qui suit, Mileva tombe enceinte, échoue en "physique théorique" et abandonne sa thèse et ses études. Pour échapper à la réprobation sociale, elle poursuit sa grossesse en Hongrie. Elle met au monde une fille....Puis elle retourne à Zurich et épouse Einstein; deux fils naîtront de ce mariage. Jamais elle ne reprendra ses études mais elle travaillera avec son mari sur des articles et conférences.
    Avec la célébrité, Einstein devient tyrannique et exige d'elle qu'elle se cantonne à son rôle d'épouse; Mileva le quitte, emmenant avec elle ses deux enfants. Pendant des années elle refusera le divorce. Tandis qu'Albert se remarie avec sa cousine Elsa, Mileva se retrouve seule avec son plus jeune fils. Celui-ci souffre de schizophrénie, ce qui contribue à la fragiliser psychologiquement. Ils sont finalement tous deux internés, et elle meurt en 1948, suite à une série d'attaques cérébrales.

    Leurs lettres échangées seront retrouvées après la mort d'Einstein. Depuis leur publication en 1987, le milieu scientifique débat de la possibilité que Milena ait contribué aux découvertes d'Einstein, dont le fameux E=mc. Cependant, tous les travaux d'Einstein ont été publié sous son seul nom.

    Outre ces lettres, il existe quelques éléments en faveur de cette thèse :
    - le fait que les premiers travaux d'Einstein portent sur les thèses de Lenard, professeur avec lequel seule Milena était en rapport ;
    - la quantité énorme de travail abattue en 1905 (5 articles, dont 3 de références, qui aboutissent à la formule E=mc) est difficilement imaginable pour une seule personne, certains en voient la preuve de la collaboration de Milena ;
    - des microfilms de deux articles originaux aux noms d'Albert Einstein et Mileva Maric, dont le nom fut mystérieusement occulté lors de la publication (mais les originaux ont malheureusement disparu).
    Enfin, Einstein disait de Mileva : "Sans elle, je n'aurais jamais commencé mes recherches, et je ne les aurais certainement jamais terminées."

    Source: "La femme d'Einstein",
    RTBF2, 7 mars 2005 , 20h45. et forum.aufeminin.com

  • LE BUG/LE BOGUE

    C’est d'abord l’histoire d'une femme remarquable: Grace Hopper (9 décembre 1906 – 1er janvier 1992).

    Titulaire d'une maîtrise et d'un doctorat en mathématiques (en 1934) de l'Université de Yale, sa carrière peu banale lui a valu des surnoms tels que "Grandma Cobol" ou "the Grand Lady of Software" et plus irrévérencieux "la sauterelle", en raison de son nom (grasshopper).

    En 1934, elle fut nommée docteur en mathématiques à l’université de Yale et y enseigna les mathématiques. Puis en 1943 à la suite de l’attaque surprise des Japonais sur Pearl Harbor elle s’engagea dans la Marine américaine.

    Elle travailla sur les ordinateurs à relais électromagnétiques de la Navy de la série Mark, Mark II et Mark III. Une panne sur le Mark II en 1945 fut produite par un papillon nocturne ou plutôt une mite pris dans un relais et en ayant empêché sa fermeture. L’insecte (bug en Anglais) fut enlevé avec soin et placé dans le journal de bord de l’ordinateur. Cette première anomalie a popularisé l’expression bug ou bogue pour représenter les erreurs dans un programme.

    Malgré tout l’intérêt de l’anecdote, il est reconnu que l’expression bug pour décrire une panne ou un défaut de fonctionnement d’un appareil électrique date d’au moins avant les années 1870. Thomas Edison, entre autres, utilisait le mot dans ses notes, probablement au moment de la mise au point du télégraphe. Si l'origine précise du mot est donc incertaine, le rapprochement avec les dysfonctionnements dus à la présence d'un insecte dans le système semble évident.

    Le rapport de Grace Hopper se concluait ainsi : "First actual case of bug being found" "c'est le premier cas 'véritable, concret' de bug à avoir été trouvé." Il s'agissait donc d'une remarque ironique, attestant au passage que le sens du mot (bug) était déjà utilisé au figuré pour les pannes et là que de plus le bug avait été provoqué par un bug.

    On trouvera dans le dictionnaire Hawkin's New Catéchism of Electricity de 1896 la définition suivante : "le terme bug est utilisé pour désigner tout problème ou erreur dans le fonctionnement d'un appareil électrique."

    Une autre explication est alors proposée : aux débuts du télégraphe un des appareils d'émission en morse - avait un scarabée dessiné sur le manipulateur et était d'un maniement délicat. Les débutants qui utilisaient l' "insecte" avaient tendance à introduire des perturbations sur la ligne. Mais ce n’est toujours pas la bonne explication.

    Le terme anglais bug vient du français « parasite ». En France, c'était le terme utilisé par les électriciens pour les problèmes de lignes utilisé sous la forme « la ligne est parasitée ». Les parasites sont des insectes qui vivent à nos dépends, puces, punaises etc. Adapté en anglais il est devenu bug et nous est revenu sous sa forme francisée de « bogue ».

    La France avait adopté le féminin pour ce mot : une bogue comme pour la bogue de la châtaigne, son enveloppe piquante mais l’Office québécois de la langue française (OQLF) prônait depuis longtemps l’emploi du genre masculin qui finalement l’emporta. Le terme français a été popularisé avec le fameux bogue de l'an 2000 qui, sans avoir entraîné de dysfonctionnement visible majeur, a nécessité beaucoup de travaux de modification des systèmes d'informations dans les années qui ont précédées l’an 2000. Il fut évité magistralement. Les bogues ont des effets qui varient grandement. Quelques-uns peuvent demeurer inconnus pendant longtemps s’ils sont situés dans une procédure rarement utilisée. Quand ils sont déclenchés ils peuvent provoquer un simple incident mineur ou parfois arrêter le logiciel voire rendre instable ou bloquer le système d’exploitation.

    Un des bogues les plus spectaculaires connu est celui de la fusée européenne Ariane 5.
    Quelques instants après le décollage, elle dut être détruite à cause d'un dysfonctionnement de l'ordinateur de guidage embarqué. Dans ce cas, le terme "bogue" est impropre : en effet, "l'erreur" ne venait pas d’un programme mais a consisté à reprendre à l'identique l'ordinateur et le logiciel utilisé sur Ariane 4 pour la gestion des centrales inertielles de guidage. Ariane 5 étant plus rapide qu'Ariane 4, l’ordinateur a été saturé et a perdu le contrôle. Ceci a coûté plus d'un milliard d’euros.


    La sonde de Vénus Mariner 1 fut perdue en 1962 a cause d’un trait d’union oublié dans un programme Fortran. La mission avait coûté plus de 80 millions d’euros. Pour l’écrivain de science fiction Arthur C. Clarke, ce fut le «trait d’union le plus coûteux de l’histoire ».

    Biographie de Grace Brewster Murray, épouse Hopper:
    Américaine, Docteur en mathématiques et Amirale de l’Armée américaine (New York, 1906 - Arlington, Virginia, 1992), inventrice du premier compilateur. (Le premier traducteur d’un langage humain en langage pour la machine).

    Grace Hopper fut une femme extraordinaire. Elle contribua énormément à l’évolution des langages de programmation et à la convivialité des ordinateurs. C’est grâce à elle qu’un ordinateur aujourd’hui comprend l’anglais et que des non-mathématiciens et des entreprises peuvent les utiliser.


    En inventant le Basic puis plus tard en l’intégrant dans la programmation des macros Word Excel et autre ainsi qu’en développant Visual Basic Bill Gates n’a fait que reprendre très brillamment il est vrai la vision de Grace Murray Hopper d’un interface homme machine le plus simple possible pour l’homme.


    Née à New York le 9 décembre 1906, Grace est l'aînée de trois enfants. Si sa mère lui enseigne l'art de la broderie, du point de croix et du piano, son désir de comprendre comment marchent les objets est intense: elle démonta et remonta entièrement seule son premier réveil matin à sept ans - Elle est encouragé par des parents, qui croient à une éducation épicène (se dit d'un adjectif, nom ou pronom qui a un double genre (masculin et féminin) ou dont la forme ne varie pas avec le genre). L'insouciance de l'enfance est assombrie par la maladie de son père, Walter, agent d'assurances. Mary Campbell Van Horne Murray, craignant devenir veuve avec des enfants encore à charge, se résout à quitter l'état de mère au foyer et à prendre la responsabilité financière de la famille. Elle donnera à Grace l'amour des mathématiques. Son père, quant à lui, l'encouragea à ne jamais se plier à la tradition.

    A dix-sept ans, elle entre au Collège de Vassar, université pour les femmes offrant un programme d'éducation équivalent aux prestigieuses universités masculines de l'Ivy League. Elle y fait de brillantes études de mathématiques et de physique. En 1930, elle obtient une maîtrise en mathématiques de l'Université de Yale, qui admet des étudiantes à ses programmes post-grades. Elle rejoint le corps professoral de Vassar en 1931 tout en continuant des études à Yale en vue d'obtenir son doctorat (1934). L'année de sa maîtrise, elle épouse Vincent Foster Hopper, docteur ès lettres (elle divorcera en 1945).

    En 1934, elle fut nommée docteur en mathématiques à l’université de Yale où elle y enseignait les mathématiques.

    En 1943, l'attaque japonaise sur Pearl Harbor fait basculer sa vie. Elle entre dans la réserve de la Marine et est nommée lieutenante dans l'active. Elle rejoint alors le bureau de développement de l'intelligence artificielle à l'Université d'Harvard. Elle est la première programmatrice du Mark I (premier et très gros ordinateur de la Marine équipé de électromécaniques). Elle devait calculer les coefficients mathématiques du programme de l'ordinateur. Très vite elle le maîtrisa dans tous ses détails. Elle rédigea un manuel de 500 pages sur les principes élémentaires du fonctionnement d’une « machine informatique ».

    Après la Seconde Guerre Mondiale, en 1946 Grace Hopper travailla pour Eckert & Mauchly qui conçut les premiers ordinateurs commerciaux. Le premier ordinateur électronique l'UNIVAC, mille fois plus rapide que le Mark I. Déjà la course à la puissance de traitement était lancée. Elle expliqua que la seule manière d’introduire les ordinateurs dans les entreprises consistait à simplifier le langage de programmation pour produire une langue compréhensible par les non-mathématiciens. Sa conviction que les programmes informatiques pourraient être écrits en anglais suscitait à chaque fois la même réponse ironique : « les ordinateurs ne comprennent pas l’anglais ».

    Grace s’en tint à sa conviction et développa en 1949 une technique qui traduisait les symboles mathématiques en un code d’instruction binaire, compréhensible par la machine. Elle mit au point pour cela le premier traducteur : A-O qui transformait les instructions symboliques et mnémotechniques proches de l’anglais en code machine. le Langage fut publié par la société Rand en 1957. Trois ans plus tard, avec son équipe elle présenta le programme de compilation B-O. Les bases des langages de programmation modernes étaient jetées.

    Le compilateur B-O (qui devint plus tard FLOW-MATIC) fut conçu pour le traitement des tâches s de l’entreprise telles que la facturation et la paie. (Elle rêvait déjà de tenir ses comptes sur ordinateur. «j'ai toujours été incapable de tenir à jour mon carnet de chèques» disait-elle.)

    Le langage COBOL
    Elle a ensuite dirigé l'équipe de Développement et co-inventé en 1957 le premier langage compilé, chez IBM, COBOL (COmmon -Business-Oriented-Langage). Grace persuada les dirigeants d’entreprise et la Marine américaine d’utiliser Cobol comme langage standard. Le cobol se lit et s’écrit comme un roman, mais il ne supporte aucune faute d’orthographe. L’oubli du point en fin de phrase est le cas le plus fréquent des débutants mais ce « bug » est généralement détecté à la compilation avant la mise en service du programme.

    Durant sa carrière, Grace Hopper travailla pour l’université, le secteur privé et l’armée. Elle compta parmi les premiers ingénieurs logiciels et était réputée pour sa personnalité inspirante et son énorme ténacité. Sa contribution aux sciences informatiques fut récompensée par de nombreuses distinctions :
    En 1950, elle reçut le titre de « programmeuse senior », une des 10 premières personnes à bénéficier de ce titre. Dans une conférence restée célèbre, Grace Hopper prédit que les logiciels finiront par coûter plus cher que le matériel, ce qui, à cette époque, était difficilement imaginable.

    Fait exceptionnel aux É-U, elle a été rappelée en 1967 et maintenue en activité de service dans la Marine pendant 20 ans après la Seconde Guerre Mondiale.
    En 1969, elle fut la première à recevoir le prix du « Informaticien m/f de l’année ».
    En 1971, une nouvelle récompense annuelle dédiée aux jeunes scientifiques en informatique m/f fut créée à son nom
    En 1983, elle fut promue « Commodore » à la Maison blanche avant de devenir, deux ans plus tard, lors de la fusion de cette fonction avec celle d’amiral, « l’Amiral Grace Hopper ».

    Grace Hopper prend sa retraite en 1986 à l'âge de quatre-vingt ans !!! mais elle continue en tant que consultante auprès de la Digital Equipment Corporation. Elle a continué à travailler jusqu'à la fin de sa vie, toujours dans l'informatique, notamment à titre de conseil chez Control Data

    Jusqu'aux derniers mois de sa vie, elle donne des conférences dans tous les Etats-Unis. Elle est l'invitée de nombreuses émissions de radio où elle encourage systématiquement les jeunes femmes à entrer dans des carrières scientifiques et non traditionnellement féminines. Elle obtient de nombreuses décorations, titres et honneurs, des laboratoires portent son nom ainsi qu'un bâtiment de la Marine Amazing Grace. (Amazing = stupéfiant, prodigieux)

    Elle avait rêvé de vivre jusqu'au 31 décembre 1999 mais elle mourut dans son sommeil le premier janvier 1992. Elle est enterrée au cimetière militaire d'Arlington avec tous les honneurs de la Marine.

    En 1991, un an avant sa mort, Grace Hopper reçoit la National Medal of Technology "pour les succès de ses travaux pionniers dans le développement de langages de programmation pour ordinateur qui simplifient la technologie informatique et ouvre la porte à un univers d’utilisateur significativement plus grand." A sa mort, Grace espérait que sa biographie, « Grace Hopper, Navy admiral & computer pioneer » encouragerait les filles à faire carrière dans la marine ou dans l’informatique.


    Ses citations :

    Une mesure exacte vaut l'avis d'un millier d'experts.
    Oser et faire. Il est plus facile de demander le pardon après, que la permission avant.

    Robert


    Plus sur cette remarquable chercheuse:

    www.ada-online.org/frada/article.php3?id_article=100
    mapage.noos.fr/fholvoet/grace_murray_hopper.htm
    homepage.hispeed.ch/theresemoreau/gracemurrayhopper.htm
    www.industrie-technologies.com/ingenieurs/affichage.cfm?ID_m=1684022&cd=H&id=nom
    www.ada-online.org/frada/rubrique.php3?id_rubrique=77
    fr.wikipedia.org/wiki/Grace_Hopper
    college-de-vevey.vd.ch/informaticiens/informaticiens1.htm


    Source: http://af.pc.free.fr/index.php?rep_c=trucs1&fic_c=bug


  • NOIRE FINANCE OU CONSTITUTION?

    Le week-end va être occupé: peut-être arrivera-t-on à visionner la deuxième partie du film cité en titre et à analyser le nouveau texte de la Constitution pour la future votation proche.....! Sans comparaison aucune. Ni l'un ni l'autre ne sont particulièrement agressif cependant, dirait Dom. (Merci Dom!)

    http://playtv.fr/video/187755/noire-finance/02-10-2012/

    autre lien si problème: http://www.eteignezvotreordinateur.com/le-bal-des-vautours-video-noire-finance-partie-2/

    Et pour la Constitution: excellent duel Haller-Genecand dans votre journal, ainsi qu'excellent article dans le Temps pour comparer une analyse avec la vôtre! (éditions 5/10/2012)

  • QUELS FRONTALIERS?

    Depuis plus de 400 ans, les Savoyards traversent la frontière. On sait qu'ils fournissaient les Genevois de bons légumes de la Savoie. Il y avait une débridée à Chêne qui s'appelait ... Auberge du cheval blanc. Les maraîchers s'y arrêtaient pour faire reposer leurs chevaux. Elle est tristement devenue une banque.

    Genève a très bien su se protéger, lorsque les choses allaient trop loin, elle s'en rappelle si bien qu'elle fête l'Escalade, chaque année (peut-être un peu ringue aujourd'hui!)

    Bref, on chantonnera sur un air connu: On (Les Genevois) a tous quelque chose de la Savoie!

  • TAKE IT!

    Amusant, le nouveau coin journaux/nourriture toute prête Coop de la Terrassière. Il s'appelle Take it! On le prend donc volontiers. On connaissait take out et take away. Take it easy, ça c'est certain. On ne voudrait pas entendre Take it off (enlève-le!), mais pourquoi pas? ou Take it on the chin.... prends-le dans le groin. Bref, de quoi s'inventer toute une série d'expressions originales.... On pourrait l'appeler aussi.... chicken run puisque les sandwiches au poulet abondent....

  • EN 2005 DÉJÀ....

    Déjà de l'histoire, le texte de la Déclaration de Damas a été signé en octobre 2005 par le Rassemblement National Démocratique en Syrie, l’Alliance Démocratique Kurde en Syrie, les Comités d’Animation de la Société Civile, le Front Démocratique Kurde en Syrie et le Parti du Futur. Il fait écho à la Déclaration universelle des droits de l'homme. Que sont devenus les hommes qui l'ont signée?

    http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article3547

    Et qui sera le leader assez courageux pour prendre le risque de mettre en déroute les assassins de 30'000 personnes? On avait dit, plus jamais de Srebenica. L'histoire se répète douloureusement.