18/09/2012

LE COIN DU RONCHONNEUR

Mais pourquoi tant de hargne à vouloir exterminer les petits cinémas de quartier au profit d'immenses complexes sans âme? On se souviendra d'une chanson charmante....

Ciné ciné ciné cinéma
Ce n'est jamais qu'ainsi qu'on aima
Nous deux sérieux
Assis dans la salle du cinéma muet
Et municipal

Ciné ciné j'en ai dessiné
Des coeurs cassés à rembobiner
Le tien avec lequel je jouais
Pendant le fils du Cheikh
Quand tu valentinais

Souviens-moi
J'avais l'âge de tes yeux
Quelquefois
On s'y voyait à deux
Souviens-moi
Angela
La séance commence avec toi

Ciné ciné, fenêtre sur cour
Au rez-de-chaussée d'un premier amour
Flash-back usé
A force de faire
Ma visite au musée
De la marche arrière

Ciné ciné on était si bien
Serrés, serrés, la main dans la main
Deux gosses heureux
De l'aube à l'été
Qui promènent avec eux
Le ciel en liberté

Souviens-moi
J'avais l'âge de tes yeux
Quelquefois
On s'y voyait à deux
Souviens-moi
Angela
La séance finit déjà

Ciné ciné, c'est la destinée
Tu m'as laissé au coin du ciné
Pour un ballon
Roulant dans la rue
Et la de Dion-Bouton
Qui ne t'a pas vue

Ciné ciné ciné cinéma
Si on rejouait la scène où tu m'as
Donné sur les
Sentiers de l'enfance
Le tout premier baiser
De la première séance

http://www.youtube.com/watch?v=F6x5kIzlNLU

Les commentaires sont fermés.