06/08/2012

L'HOMME QUI RAPPELLE LES MORTS A LA VIE

« Dans ce temps parut un homme, qui vit encore, et qui est doué d’une grande puissance : son nom est Jésus-Christ. Ses disciples l’appellent Fils de Dieu ; les autres le regardent comme un prophète puissant. Il rappelle les morts à la vie ; il guérit les malades de toute espèce d’infirmités et de langueurs. Cet homme est d’une taille haute et bien proportionnée ; sa physionomie est sévère et pleine de vert, de façon qu’à le voir, on puisse l’aimer et le craindre aussi. Ses cheveux ont la couleur du vin, et, jusqu’à la naissance des oreilles, sont droits et sans éclat ; mais des oreilles aux épaules, ils brillent et se bouclent. A partir des épaules, ils descendent dans le dos distribués en deux parties, à la façon des Nazaréens. Front pur et uni, figure sans tache et tempérée d’une certaine rougeur, physionomie noble et gracieuse. Le nez et la bouche sont irréprochables ; la barbe est abondante, de la couleur des cheveux, et fourchue. Ses yeux sont bleus et très brillants. Pour reprendre et blâmer, il est redoutable ; pour instruire et exhorter, il a la parole aimable et caressante. Sa figure est d’une gravité et d’une grâce merveilleuse. Personne ne l’a vu rire une seule fois, mais on l’a vu plutôt pleurer. Elancé de corps, il a les mains droites et longues, les bras charmants. Grave et recherché dans ses discours, il est sobre de paroles. De figure, c’est le plus beau des enfants des hommes ».

Ce texte dit-on de Publius Lentulus, proconsul en Judée avant Hérode, contemporain de Jésus, envoyé au sénat romain, se trouve dans Fabricius, page 301 du codex apocryphus Novi Testamenti (Hambourg, 1703). La lettre a été d'abord imprimée dans la Vie du Christ de Ludolph le Chartreux (Cologne, 1474).

23:44 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.