26/02/2012

FENÊTRES DE RIVE

fenêtreentrouverte.jpg

Fenêtre fermée sur la douceur d’une chambre

Et puis rouverte joyeuse sur l’éclat de la rue

Ou entrouverte sur des lumières d’ambre...

Ainsi par ces yeux de façades affluent

Les claxons, les cris et les rires.

La vie du dehors et celle du dedans

Font battent les cœurs à en mourir

Rien ne me ferait changer ma place, pourtant !

 

Source photographique + recommandation blog poétique: http://nolatularosa.blog.lemonde.fr/2008/03/12/le-temps-p...

16:52 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.