18/01/2012

INDIGNÉS?

Pourquoi ce campement de fortune dans le parc des enfants (Les Bastions)? Que font les habitants de ce grossier assemblage? Se sont-ils exprimés dans les journaux pour nous convaincre de leur action? Car nous autres, les petits, les sans-gloire, n'entendons plus ce qu'ils ont à nous dire.

Voici une petite liste des choses urgentes à FAIRE: monter sur des bateaux-hôpitaux et si l'on n'est pas médecin, faire tous les gestes utiles pour que ceux-ci n'aient plus qu'à soigner (nettoyage de salles d'opérations, repas, assistance aux malades), faire du bénévolat pour les 260'000 enfants pauvres de la Suisse (payer un billet de cinéma à un enfant, l'accompagner pour faire du sport), pousser les lits à l'hôpital, conduire une personne âgée chez son médecin, lui faire la lecture....  bref, y'a du boulot et il y aura moins d'indignation si ces humbles tâches sont accomplies!

Commentaires

BRAVO!
Bien dit!

Écrit par : vieuxschnock | 18/01/2012

Et pendant qu'ils nettoieront des salles d'opérations ou pousseront des lits d'hôpitaux, les multinationales et autres nantis continueront de piller et de polluer la planète, sans gêne, sans éthique et sans honte, en engraissant quelques paradis fiscaux aux dépens des populations locales, en tuant à grande échelle par de multiples corruptions, en gangrénant des sociétés qui pourraient rêver à un avenir plus radieux pour leurs enfants, leurs femmes et leur jeunesse, et en nous donnant finalement l'impression et la bonne conscience, pour un certain temps encore, que nos salles d'opération rutilantes et nos lits multi-gadgets sont dûment mérités, grâce à notre labeur hors pair et à nul autre pareil.
Chère Nin.à.Mah, tu as raison sur le fond. Mais refuser et ne pas faire, même si ce n'est pas politically correct, reste aussi un combat ! Indignez-vous n'est pas un mouvement local, mais une pièce d'un puzzle international. Stéphane Hessel aurait pu se cantonner à la diplomatie et aux intérêts français, il a préféré un combat plus grand : les droits de l'homme. Ce sont ces mêmes droits de l'homme qui sont actuellement bafoués, en Suisse et ailleurs. Si le campement des indignés n'existait pas, qui s'en indignerait ? Personne. Mais qui nous rappellerait tous les jours que s'il est certes urgent d'améliorer son environnement immédiat, il est tout aussi urgent de repenser notre planète ? Avant que d'autres ne se chargent de le faire pour nous...

Écrit par : Vincent | 18/01/2012

S'indigner ou dénoncer fait partie de nos droits et si l'on jette un coup d'oeil au site publiceye (http://www.publiceye.ch/) on en est convaincu, mais après, demeure l'action construite, immédiate et locale, c'est cela qui manque au mouvement. Et puis, qui a le courage de s'attaquer à un travail de fonds que personne ne prend en considération? Bien sûre qu'une action politique globale est de la plus haute importance, mais on parle d'ici et maintenant, cher Vincent! Voici le site sur lequel chacun pourra se faire sa propre opinion: http://www.occupygeneva.ch/

Écrit par : NIN.À.MAH | 18/01/2012

Les commentaires sont fermés.