30/11/2011

LA DAME

Difficile de trouver ce texte en français.... "Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur: la peur de perdre le pouvoir pour ceux qui l'exercent et la peur des matraques pour ceux que le pouvoir opprime...." (Une révolution des consciences - Aung San Suu Kyi)

Le voici en anglais grâce à Wikipédia:

 Freedom from Fear   

It is not power that corrupts but fear. Fear of losing power corrupts those who wield it and fear of the scourge of power corrupts those who are subject to it. Most Burmese are familiar with the four a-gati, the four kinds of corruption. Chanda-gati, corruption induced by desire, is deviation from the right path in pursuit of bribes or for the sake of those one loves. Dosa-gati is taking the wrong path to spite those against whom one bears ill will, and moga-gati is aberration due to ignorance. But perhaps the worst of the four is bhaya-gati, for not only does bhaya, fear, stifle and slowly destroy all sense of right and wrong, it so often lies at the root of the other three kinds of corruption. Just as chanda-gati, when not the result of sheer avarice, can be caused by fear of want or fear of losing the goodwill of those one loves, so fear of being surpassed, humiliated or injured in some way can provide the impetus for ill will. And it would be difficult to dispel ignorance unless there is freedom to pursue the truth unfettered by fear. With so close a relationship between fear and corruption it is little wonder that in any society where fear is rife corruption in all forms becomes deeply entrenched.

Public dissatisfaction with economic hardships has been seen as the chief cause of the movement for democracy in Burma, sparked off by the student demonstrations 1988. It is true that years of incoherent policies, inept official measures, burgeoning inflation and falling real income had turned the country into an economic shambles. But it was more than the difficulties of eking out a barely acceptable standard of living that had eroded the patience of a traditionally good-natured, quiescent people - it was also the humiliation of a way of life disfigured by corruption and fear.

The students were protesting not just against the death of their comrades but against the denial of their right to life by a totalitarian regime which deprived the present of meaningfulness and held out no hope for the future. And because the students' protests articulated the frustrations of the people at large, the demonstrations quickly grew into a nationwide movement. Some of its keenest supporters were businessmen who had developed the skills and the contacts necessary not only to survive but to prosper within the system. But their affluence offered them no genuine sense of security or fulfilment, and they could not but see that if they and their fellow citizens, regardless of economic status, were to achieve a worthwhile existence, an accountable administration was at least a necessary if not a sufficient condition. The people of Burma had wearied of a precarious state of passive apprehension where they were 'as water in the cupped hands' of the powers that be.

Emerald cool we may be
As water in cupped hands
But oh that we might be
As splinters of glass
In cupped hands.

Glass splinters, the smallest with its sharp, glinting power to defend itself against hands that try to crush, could be seen as a vivid symbol of the spark of courage that is an essential attribute of those who would free themselves from the grip of oppression. Bogyoke Aung San regarded himself as a revolutionary and searched tirelessly for answers to the problems that beset Burma during her times of trial. He exhorted the people to develop courage: 'Don't just depend on the courage and intrepidity of others. Each and every one of you must make sacrifices to become a hero possessed of courage and intrepidity. Then only shall we all be able to enjoy true freedom.'

The effort necessary to remain uncorrupted in an environment where fear is an integral part of everyday existence is not immediately apparent to those fortunate enough to live in states governed by the rule of law. Just laws do not merely prevent corruption by meting out impartial punishment to offenders. They also help to create a society in which people can fulfil the basic requirements necessary for the preservation of human dignity without recourse to corrupt practices. Where there are no such laws, the burden of upholding the principles of justice and common decency falls on the ordinary people. It is the cumulative effect on their sustained effort and steady endurance which will change a nation where reason and conscience are warped by fear into one where legal rules exist to promote man's desire for harmony and justice while restraining the less desirable destructive traits in his nature.

In an age when immense technological advances have created lethal weapons which could be, and are, used by the powefful and the unprincipled to dominate the weak and the helpless, there is a compelling need for a closer relationship between politics and ethics at both the national and international levels. The Universal Declaration of Human Rights of the United Nations proclaims that 'every individual and every organ of society' should strive to promote the basic rights and freedoms to which all human beings regardless of race, nationality or religion are entitled. But as long as there are governments whose authority is founded on coercion rather than on the mandate of the people, and interest groups which place short-term profits above long-term peace and prosperity, concerted international action to protect and promote human rights will remain at best a partially realized struggle. There willcontinue to be arenas of struggle where victims of oppression have to draw on their own inner resources to defend their inalienable rights as members of the human family.

The quintessential revolution is that of the spirit, born of an intellectual conviction of the need for change in those mental attitudes and values which shape the course of a nation's development. A revolution which aims merely at changing official policies and institutions with a view to an improvement in material conditions has little chance of genuine success. Without a revolution of the spirit, the forces which produced the iniquities of the old order would continue to be operative, posing a constant threat to the process of reform and regeneration. It is not enough merely to call for freedom, democracy and human rights. There has to be a united determination to persevere in the struggle, to make sacrifices in the name of enduring truths, to resist the corrupting influences ofdesire, ill will, ignorance and fear.

Saints, it has been said, are the sinners who go on trying. So free men are the oppressed who go on trying and who in the process make themselves fit to bear the responsibilities and to uphold the disciplines which will maintain a free society. Among the basic freedoms to which men aspire that their lives might be full and uncramped, freedom from fear stands out as both a means and an end. A people who would build a nation in which strong, democratic institutions are firmly established as a guarantee against state-induced power must first learn to liberate their own minds from apathy and fear.

Always one to practise what he preached, Aung San himself constantly demonstrated courage - not just the physical sort but the kind that enabled him to speak the truth, to stand by his word, to accept criticism, to admit his faults, to correct his mistakes, to respect the opposition, to parley with the enemy and to let people be the judge of his worthiness as a leader. It is for such moral courage that he will always be loved and respected in Burma - not merely as a warrior hero but as the inspiration and conscience of the nation. The words used by Jawaharlal Nehru to describe Mahatma Gandhi could well be applied to Aung San:

'The essence of his teaching was fearlessness and truth, and action allied to these, always keeping the welfare of the masses in view.'

Gandhi, that great apostle of non-violence, and Aung San, the founder of a national army, were very different personalities, but as there is an inevitable sameness about the challenges ofauthoritarian rule anywhere at any time, so there is a similarity in the intrinsic qualities of those who rise up to meet the challenge. Nehru, who considered the instillation of courage in the people of India one of Gandhi's greatest achievements, was a political modernist, but as he assessed the needs for a twentieth-century movement for independence, he found himself looking back to the philosophy of ancient India: 'The greatest gift for an individual or a nation . .. was abhaya, fearlessness, not merely bodily courage but absence of fear from the mind.'

Fearlessness may be a gift but perhaps more precious is the courage acquired through endeavour, courage that comes from cultivating the habit of refusing to let fear dictate one's actions, courage that could be described as 'grace under pressure' - grace which is renewed repeatedly in the face of harsh, unremitting pressure.

Within a system which denies the existence of basic human rights, fear tends to be the order of the day. Fear of imprisonment, fear of torture, fear ofdeath, fear oflosing friends, family, property or means of livelihood, fear of poverty, fear of isolation, fear of failure. A most insidious form of fear is that which masquerades as common sense or even wisdom, condemning as foolish, reckless, insignificant or futile the small, daily acts of courage which help to preserve man's self-respect and inherent human dignity. It is not easy for a people conditioned by fear under the iron rule of the principle that might is right to free themselves from the enervating miasma of fear. Yet even under the most crushing state machinery courage rises up again and again, for fear is not the natural state of civilized man.

The wellspring of courage and endurance in the face of unbridled power is generally a firm belief in the sanctity of ethical principles combined with a historical sense that despite all setbacks the condition of man is set on an ultimate course for both spiritual and material advancement. It is his capacity for self-improvement and self-redemption which most distinguishes man from the mere brute. At the root of human responsibility is the concept of peffection, the urge to achieve it, the intelligence to find a path towards it, and the will to follow that path if not to the end at least the distance needed to rise above individual limitations and environmental impediments. It is man's vision of a world fit for rational, civilized humanity which leads him to dare and to suffer to build societies free from want and fear. Concepts such as truth, justice and compassion cannot be dismissed as trite when these are often the only bulwarks which stand against ruthless power.

(This was the first released for publication by the editor to commemorate the European Parliament's award to Aung San Suu Kyi of the 1990 Sakharov Prize for Freedom of Thought. The award ceremony took place in her absence at Strasbourg on 10 July 1991. In the same week the essay appeared in full or in part in The Times Literary Supplement, the New York Times, the Far East Economic Review, the Bangkok Post, the Times of India and in the German, Norwegian and Icelandic press.)

Daw Aung San Suu Kyi

29/11/2011

ATTERISSAGE GRAND DUC GRANDIOSE!

Un appât avait été fixé en bas de caméra: http://www.dogwork.com/owfo8/

Merci Thierry!

22:19 Publié dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0)

IRRADIATION

Ce matin, une surprise de taille et une lueur d'espoir: "Des chercheurs américains sont sur la piste d’un traitement contre les effets d’une irradiation accidentelle. Selon eux, le fait d’apporter à l’organisme de la victime une protéine appelée BPI et de l’associer à une antibiothérapie, permettrait d’améliorer ses chances de survie."  Mais attention, il est déjà noté que ce traitement n'a PAS encore été appliqué à des humains.

Voir l'article en entier: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/radio...]

09:14 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0)

28/11/2011

DURBAN + ELEPHANTS ET ABEILLES

La 17ème Conférence des Nations unies sur le changement climatique, a lieu dès aujourd'hui. Les discussions porteront entre autres sur la migration de la population des campagnes dans les villes et la question brûlante de l'eau. (Source: Futura-science)

Et dans un registre un peu moins ardu mais toujours environnemental voici une manière intéressante d'éloigner les éléphants des cultures.

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/zoologie/d/au-ke...

27/11/2011

MOTEUR DE RECHERCHE

Un nouveau moteur de recherche vient à notre rescousse, puisse-t-il être plus opérationnel que celui offert par Google. La présentation au moins ne manque pas d'humour!

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/internet/d/volun...]

25/11/2011

LES CLOCHES DE GENÈVE

Les mélomanes connaissent bien le thème de la "campanella" de Liszt reprise au violon par Paganini mais connaissent-ils la pièce: les cloches de Genève, du même compositeur?

http://www.youtube.com/watch?v=DjmhwZF-hUQ&feature=re...

Pour rappel: en 1835 et 1836, Liszt habitait à la rue Beau-Regard, aujourd'hui, place Franz Liszt, à l'angle de la rue Etienne Dumont. Il avait donc tout loisir d'écouter notre carillon. Voici un texte de M. J. Bartholoni (open source internet) relatif à ces années heureuses pour notre conservatoire, puisque Liszt y a donné des leçons:

"L'année même de la fondation du Conservatoire de Genève (1835) par
François Bartholoni (1796-1881), Franz Liszt, âgé de 23 ans, habitait la Suisse.
C'est l'époque de sa liaison avec la comtesse d'Agoult, liaison qui remontait
à quelques années déjà. Liszt, pour y mettre fin peut-être, venait de quitter
Paris où sa réputation de virtuose était, dès alors, immense, pour un voyage
en Suisse, mais la comtesse d'Agoult l'eut vite rejoint à Berne, où sa mère,
la comtesse de Flavigny, l'accompagna, tandis que son mari, le comte
d'Agoult, restait tranquillement à Paris. Une sorte de conseil de famille eut
lieu à Berne, sous la présidence du comte de Flavigny, frère de l'héroïne, et
le procès-verbal déclara que tout s'était passé «correctement» (!) et que
Liszt était un homme d'honneur.


De Berne le couple vint habiter à Genève un confortable appartement
rue Beauregard et fut très bien accueilli par la société genevoise, se liant
vite d'amitié avec le célèbre botaniste de Candolle et l'érudit historien
Sismondi.

S'intéressant au conservatoire qui allait s'ouvrir, Liszt offrit à F. Bar-
tholoni d'y professer le piano à la seule condition (charmant contrat!...) de
ne recevoir aucun appointement ! Cette offre fut acceptée avec reconnais-
sance. Liszt partagea les classes de piano avec Pierre Wolff, pianiste
genevois de talent, ami de Liszt et de Chopin, et avec son jeune élève
famulus » Heermann, qui l'avait suivi. Chacun avait une dizaine d'élèves.

Les cours commencèrent le 9 novembre 1835, mais dès janvier 1836
Wolff démissionna, engagé en Russie. On proposa de le remplacer par Alkan,
qui ne put accepter. Liszt et Heermann donnèrent donc toutes les leçons de
piano; le premier examen eut lieu le 12 avril 1836. On possède au Conser-
vatoire de Genève le cahier de notes du jeune maître; pour une élève douée
sans doute de plus de beauté que de talent il écrivit simplement : « Beaux
yeux .

Dès son entrée, Liszt avait proposé une « méthode de piano qu'il
devait écrire et dédier au Conservatoire. Celui-ci accepta avec reconnais-
sance, avança les frais d'édition, et au bout des trois ans, demandés par Liszt
pour ce travail, devait se trouver en possession d'un document d'une immense
utilité et d'une grande valeur instructive, si tout eût marché normalement.
Malheureusement, quand après le départ du célèbre pianiste, on s'informa à
Lyon, où se faisait la gravure, de l'état d'avancement des planches, on apprit
avec horreur que celles-ci, mises au mont-de-piété par l'indélicat graveur,
avaient été détruites, et aucune trace de cet intéressant ouvrage n'est par-
venue jusqu'à nous.

Pendant son séjour à Genève, Liszt se rendit deux fois à Paris : d'abord
pour prendre part à des concerts de son ami Berlioz, dont il joua plusieurs
oeuvres transcrites pour le piano; puis pour la lutte avec Thalberg »,
pianiste né à Genève, qui obtenait à Paris d'immenses succès en l'absence de
son rival. Un assaut de concerts, de même qu'un tournoi organisé chez la
princesse Belgiojoso laissèrent à Liszt les honneurs de la victoire : Thalberg
est le plus grand pianiste du monde, avait-on conclu, mais Liszt est le seul .

C'est à cette époque qu'eut lieu le fameux  voyage à Chamonix dont
Adolphe Pictet, ami du virtuose, a laissé un si pittoresque récit. Georges
Sand était venue voir de près cette i grande passion romantique > et prit
part au voyage, habillée en homme, fumant de gros cigares et accompagnée
de ses enfants Maurice et Solange. Avec Heermann et Ad. Pictet, cette
étrange caravane ne fut pas sans effaroucher étrangers et indigènes de
Chamonix, qui ne soupçonnaient guère la valeur des acteurs de cette
petite scène d'une promenade littéraire .

Puis Liszt annonça son départ pour la fin de cette année (décembre
1836). Nommé professeur honoraire, il remercia dans une chaleureuse lettre
du 18 août 1836. A titre de souvenir F. Bartholoni lui offrit « une montre à
répétition avec une chaîne en or "...

Dans la vie du maître, cette période est celle de l'éclosion du talent
de compositeur venant s'ajouter au génie du pianiste. Les trois volumes de
Y Album d'un voyageur sont inspirés des paysages suisses. De ces trois séries :
« Impressions et poésies », "Fleurs mélodiques des Alpes" « Paraphrases »,
la dernière fut supprimée lorsque ces pièces furent retravaillées et rééditées.
C'est aussi l'époque des « fantaisies >» d'opéras, démodées depuis, tandis que
certaines pages de Y Album d'un voyageur sont restées charmantes.

De Genève datent aussi les articles de la Gazette musicale de 1835 :
«De la situation des artistes», où l'écrivain réclame pour les musiciens une
place égale à celle des poètes et des philosophes dans l'estime des hommes.
Effort utile à une époque pas très éloignée de celle où le terme : <« les musi-
ciens » avait quelque chose de dédaigneux, où le chef d'orchestre arrachait
couramment l'instrument et l'archet des mains du premier violon pour les lui
casser sur le dos, et où les auteurs eux-mêmes, quelque célèbres qu'ils fus-
sent, n'avaient pas le prestige des compositeurs des XIX et XX e siècles.

Les concerts donnés par Liszt à Genève sont conformes à la mode du
temps : partie de piano du septuor de Hummel, concerto de Weber, mor-
ceaux à quatre pianos avec Wolff, Hermann, Bonoldi; «pot-pourri» de
thèmes d'opéras à 4 ou 6 mains! etc..

L'éminent directeur actuel, Ferdinand Held (qui, depuis un quart de
siècle, a, par sa haute intelligence et son ardente volonté, contribué à l'essor
remarquable du Conservatoire de Genève, devenu un des tout premiers
d'Europe, avec deux mille élèves et des classes de virtuosité célèbres) a la
joie d'être entouré, dans son t bureau directorial», de nombreux souvenirs
de Liszt : un portrait grandeur nature par Scheffer-Darier, que nous repro-
duisons, et où Liszt jeune, souple et mince, est curieux à rapprocher de
l'abbé vieilli et courbé qu'on a l'habitude de voir; puis quatre dessins et une
aquarelle du même auteur, représentant le maître dans diverses attitudes,
enfin un ravissant petit portrait au crayon (par Mlle Mérienne), où la finesse
du visage et celle des longues mains célèbres donnent un grand charme à
l'illustre jeune artiste; puis, toujours, le cahier d'examinateur avec l'auto-
graphe : « beaux yeux » ... !

Cette époque de deux années, qui pour le Conservatoire de Genève
fut l'occasion glorieuse d'avoir Liszt comme professeur de piano, est aussi,
pour le monde musical et artistique, et pour le public en général, une période
des plus intéressantes dans l'évolution du grand artiste et dans celle de
l'homme : d'enfant gâté des salons il devient homme, sa liaison avec la
comtesse d'Agoult (en littérature Daniel Stem) s'affirme et se consolide :
elle durera trois ans encore, chez Georges Sand à Nohant, puis en Italie; ils
ont trois enfants, dont Cosima », la future épouse de Wagner. C'est aussi la
période d'éclosion du compositeur devant la beauté de la nature ; c'est
encore l'affirmation de son talent incontesté de virtuose après « la lutte avec
Thalberg ». Enfin déjà l'on sent s'ouvrir généreusement le cœur qui, à Genève,
refuse un traitement de professeur, qui bientôt, en 1839, offre lui-même la
somme considérable nécessaire au monument de Beethoven à Bonn, et qui
plus tard sera pour Wagner un père plein de large bienveillance et de géné-
rosité illimitée. Il est réconfortant, au seuil d'une vie si brillante, déjà
enivrante de succès de toute sorte, de voir combien, près d'une intelligence
très haute et d'un génie d'instrumentiste sans égal, le caractère de Liszt
était large et beau, et combien son âme était dépourvue de toute mesqui-
nerie, de tout orgueil, de toute vanité inutile et sans noblesse. Exemple rare
et précieux, à contempler avec respect et admiration, belle figure sereine et
bienveillante, restée calme et lumineuse au sein des triomphes, au sommet
de la gloire et au seuil de l'immortalité!"

Jean BARTHOLONI.

 

16:04 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

24/11/2011

LA NEIGE D'HIER

Un beau poème japonais mis en musique par Karl Jenkins :

La neige d'hier, qui tombait comme des fleurs de crisiers, est redevenue eau...

http://www.google.ch/url?sa=t&rct=j&q=hana%20tomi...

Gozan
The snow of yesterday                        Hana to mishi
that fell like cherry pedals                    yuki wa kino zo
is water once again.                            moto no mizu

Source: http://174.132.129.219/~jisei/haiku2.html

16:48 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (5)

23/11/2011

DEUX DISCOURS

Dans son interview de Robert Guédiguian à propos de son film "les neiges du Kilimandjaro", Norbert Kreutz (Le Temps du 23 novembre 2011), rapporte les propos de cet excellent réalisateur qui cite un discours de Jean Jaurès à la jeunesse. Le voici. Et en surfant sur internet vous trouverez aussi celui que Jaurès a prononcé à Toulouse (ci-dessous). C'était en 1892 et 1903, avant le mouvement des indignés et pourtant, on en est si proche.

http://www.google.ch/url?sa=t&rct=j&q=discours%20...

http://www.google.ch/url?sa=t&rct=j&q=discours%20...

 

12:31 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

22/11/2011

DÉPLACEMENT FORCÉ

"Déplacement forcé: un défi pour l’Europe" 

par Antonio Guterres, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés 

Lecture publique organisée par l'UNIGE - l'UNHCR - l'ADH, le vendredi 25 novembre 2011 à 12h15 à l'Université de Genève, UniMail, auditoire des droits de l'homme (R380), 40 bd du Pont d'Arve, Genève (ouvert au public):
"L’année 2011 marque le 150e anniversaire de la naissance de Fridtjof Nansen, le premier Haut-Commissaire pour les réfugiés de la Société des Nations. Cette année de commémoration est célébrée à travers le monde lors de divers événements, tels que la conférence Nansen.

90 ans après la nomination de Fridtjof Nansen au poste de Haut-Commissaire, les crises de déplacement forcé continuent dans le monde. Presque 44 millions de personnes sont désormais déracinées en raison du conflit et de la persécution. Le déplacement est aggravé par l’impact simultané de la croissance démographique, de l’urbanisation, du changement climatique et de l’insécurité alimentaire. Ces évolutions présentent un défi pour le monde et pour l’Europe, obligés de répondre à une succession de crises humanitaires, dont la crise somalienne et le réveil arabe"

Merci Alda!

COBRA OU CHAT ?

L'intéressant se passe à une minute 33 de cette vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=u2LTd1wmTjo

Merci Cynthia!

10:19 Publié dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0)

21/11/2011

DES ARCHITECTES COMME ON AIME!

Un grand Merci à deux femmes architectes qui ont créé du bonheur aux locataires du 1, 3 et 5 Cours de Rive. Le premier hall d'entrée est décoré d'abats-jour sympathiques (c'est celui qui renferme le plus d'appartements). Le second s'est vu gratifier d'une éclairage moins privé mais très élégant (ceci pour des locaux professionnels). Le dernier, plus disco, rend un hommage discret au bar autrefois géré par Narcisse, connu des anciens du Parador. Une décoration qui prend en compte non seulement la réalité d'aujourd'hui mais le déroulement historique des habitants d'un immeuble, bravo!

18/11/2011

LES AMIS IMAGINAIRES

Le colloque "Les amis imaginaires -  De la perception à l'interprétation", aura lieu le 25 et 26 novembre à l'Usine Kugler.

vendredi 25 novembre 2011

14h ..............Présentation du colloque

Les choses perçues

14h15 ..........Intervenants: Patrik Vuilleumier, chercheur, UNIGE et Evariste Richer, artiste, France

des images dans la tête

15h15 ...........Intervenants: Emanuel Mellet, chercheur, Université de Caen, France,

Shimabuku, artiste, Japon et Fabrice Stroun, commissaire d’expositions, Suisse

16h15 ..........Pause Café

Le monde deviné

17h ..............Intervenants: Patrizia Lombardo, chercheuse, UNIGE et Jérémie Gindre, artiste, Suisse

18h ..............Projection du film «Le Droit Chemin» de Peter Fischli et David Weiss

Samedi 26 novembre 2011

13h45 ..........Accueil du public et des enfants inscrits à l’atelier

Le bon voisinage

14h ..............Présentation du programme Artists in Labs par Irène Hediger, co-directrice, ZHdK

14h15 ..........Présentation du travail de résidence par Jérémie Gindre, artiste, Suisse

vu en rêves et visions

15h ...............Intervenants: Sophie Schwartz, chercheuse, UNIGE, Christine Mohr, chercheuse, UNIL,

Jim Shaw, artiste, USA (vidéoconférence), Fabrice Stroun, commissaire d’expositions, Suisse et Vidya Gastaldon, artiste, France

16h30 .........Pause Café

17h ...............Table ronde avec tous les conférenciers. Modérateur: Jérémie gindre

SWISS NATIONAL CENTER OF COMPETENCE IN RESEARCH

Il reste encore des places pour l'atelier "art et sciences" pour enfants le samedi 26

novembre. Les inscriptions pour l'atelier se font auprès de Sandra.Simoes@unige.ch

15:59 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

Poussières d'étoiles

Trinh Xuan Thuan: un homme scientifique, sortant de l'ordinaire, qui sait aussi bien manier ses émotions que son intellect, nous régale de ses réflexions. Voyez plutôt:

http://www.inrees.com/articles/Trinh-Xuan-Thuan-Nous-somm...

16/11/2011

OISEAU "DÉGUISÉ"

Certains busards des roseaux ressemblent à des femelles par le plumage. Ils ont alors moins de problèmes pour approcher les vraies. La nature serait-elle indécise?

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/zoologie/d/chez-...

15:04 Publié dans Nature | Lien permanent | Commentaires (1)

15/11/2011

!ALERTE!

Quel dommage que bien des arcades, au loyer trop élevé, soient transformées en bureaux. Plus de lumière le soir mais des rideaux soigneusement tirés. On a de plus en plus l'impression que Genève ferme ses paupières.

Trouvons une solution : tant d'artistes et d'artisans ont besoin d'une vitrine. Un partage d'arcades existe déjà à Plainpalais.

14:45 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

14/11/2011

LA CSÁRDÁS DE MONTI

Pourvu qu'il la joue avec brio afin que le peuple italien retrouve sa joie de vivre!

13:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

13/11/2011

SOUPE À L'OIGNON

Quand on était petit, nos parents nous parlaient de la mythique soupe à l'oignon qu'ils allaient manger au Buffet de la gare, le soir du réveillon ou plutôt du matin du 1er de l'an, car ils avaient passé la nuit à danser (une fois par année, ce n'est pas de trop!).

OÙ peut-on trouver encore un tel bonheur, dans quel restaurant de Genève, et à ces heures indues?

Ce sont les prochains frimas qui rappellent ces souvenirs délicieux....

12/11/2011

GRANDEUR ET DÉCADENCE

La revue "The Economist" titre "That's it folks!" (- c'est fini les gars - la fameuse phrase de fin de multiples dessins animés) et présente l'image de M. Berlusconi qu'on pourrait imaginer debout à sa "Tribune du Parlement", rajustant sa cravate. Est-ce à dire qu'il n'a été qu'un mickey?

Cherché vainement une réponse dans laquelle on pouvait apprécier les accomplissements de ce chef d'Etat qui a administré l'Italie depuis si longtemps. Voici ce que Pierre Musso en dit:

Sa longévité étonnante résulte "de la combinaison de trois facteurs :

  • politiques : la maîtrise du premier parti politique de la péninsule (Forza Italia, puis Le Peuple de la liberté); une alliance très forte de toutes les droites, notamment avec la Ligue du Nord ; la faiblesse et la division de la gauche et du centre-gauche et la bipolarisation de la vie politique italienne, peu à peu transformée en « bipersonnalisation » par il Cavaliere ;
  • symboliques : la recherche d'un « État entreprise » se référant à l'efficacité, à la culture du « faire » et du travail, combinées aux valeurs et à l'éthique catholique, dominante en Italie (famille, travail, questions morales) ;
  • techniques : conquête et exercice du pouvoir inspirées du marketing (sondages, suivi de l'opinion…) et de la « néo-télévision », la télévision du talk-show et de la téléréalité. Ces techniques servent à capter l'attention des citoyens considérés comme un public de consommateurs." (tiré de Wikipedia)

Mais qu'a-t-il FAIT, en somme?

17:39 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

11/11/2011

NUTRITION

"Les besoins (schématiquement décoissants) quantitatifs sont 1. les céréales et les féculents 2. les fruits et légumes verts 3. le lait et les laitages 4. les viandes, 5. les matières grasses 6. les sucres et les boissons sucrées. La nourriture peut être comparée à un chandelier à six branches dont les bougies seraient de tailles différentes selon les besoins."

Citation et source: la nouvelle diététique du cerveau, par Jean-Marie Bourre, ed. Odile Jacob, 2006.

10/11/2011

A FATIMA ET ZAKIA

Quel dommage que votre blog se ferme. Vous avez toujours tenu des propos éducatifs dans la courtoisie. Bon vent, et qu'il vous ramène bientôt à la TdG!