16/02/2011

HONTE DE CERTAINES POLITIQUES GENEVOISES

Qui vous soignera à l'Hôpital de Genève, Mesdames et Messieurs les membres du MCG, lorsque les frontaliers retourneront travailler chez eux si vous les chassez de chez nous? Et qui traitez-vous de saleté sur votre poster indécent? Enlevez, nous vous prions, ce poster qui incite à la haine raciale et qui ose porter les couleurs de notre République.

 

stauffer.jpg(Crédit photographique: D. Duthilleul)

17:38 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

Je ne l'avais pas encore vue. C'est effectivement honteux. Beurk.
Et c'est complètement idiot de dénoncer à la fois les embouteillages et les chantiers qui sont en bonne partie destinés à les résorber par la mise en place de transports publics.

Écrit par : Philippe Souaille | 16/02/2011

Je l'ai vue toute à l'heure et j'ai aussi été choquée.
Le MCG cherche-t'il à concurrencer l'UDC dans le concours du pire et du n'importe quoi ?!
J'ai rarement vu une affiche plus simpliste, des mots jetés en vrac sans rapport les uns avec les autres, un graphisme qu'on croirait réalisé par un enfant en bas âge qui ferait mumuse avec son ordinateur. On se trouve là à hauteur du caniveau...

Écrit par : Anne | 16/02/2011

Dites ... tant qu'il y aura un seul chômeur à Genève, il sera insupportable qu'il y ait autant de frontaliers qui travaillent à Genève, d'autant plus que les suisses ne peuvent pas travailler en France.

Les conditions imposées par les bilatérales sont injustes.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 16/02/2011

Victor, ne dites pas n'importe quoi. Depuis l'entrée en vigueur de la libre circulation, les Suisses ont parfaitement le droit de travailler en France. Et avec ce type de raisonnement, pensez vous que vous auriez pu venir vivre en Suisse depuis votre Roumanie natale, tant qu'il y restait un chômeur ???

Écrit par : Philippe Souaille | 16/02/2011

Cher Philippe,

Je suis venu il y a 21 ans, quand à Genève il y avait 200 chômeurs et 3 conseillers en personnel !

Le drame c'est qu'il y a des emplois en France qui ne trouve pas preneur ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 16/02/2011

L'ouverture du marché du travail genevois aux européens tel qu'il découle des accords de libre circulation a sans aucun doute augmenté le chômage parmi les moins qualifiés et péjoré leurs conditions de travail.

Il ne faut pas perdre de vue que si l'ouverture du marché du travail s'applique aux européens frontaliers, il s'applique aussi aux étrangers résidants à Genève.

Les frontaliers posent moins de problème à Genève dès lors qu'ils paient l'impôt à la source à Genève, n'exercent pas de pression sur le logement et génèrent beaucoup moins de coût. Le problème est ceux des néo-résident, peu ou pas qualifiés, qui eux exercent une pression sur le marché du travail, le marché du logement, sur les infrastructures scolaires et sociales genevoise.

L'Etat et les communes dépensent près de 20'000 francs par habitant et par année, dont environ 11'000 proviennent de l'impôt sur le revenu. Les néo-résidents qui paient moins de 11'000 francs d'impôt par personne sont une charge bien plus élevée que ne le sont les frontaliers.

Peut-être est-il temps de mettre fin aux accords de libre circulation avec une Europe qui n'a de cesse que d'agresser et traire la Suisse.

Écrit par : CEDH | 16/02/2011

Les commentaires sont fermés.