26/01/2010

De Bagenaude en Baillive

Qui ne se souvient pas, étant petit, d'avoir fait éclater de petites boules remplies d'air dans ses chemins de l'enfance ensoleillés? Elles s'appellent des bagenaudes, d'où l'expression, en promenade = en bagenaude..... Et bien en se bagenaudant le long du Bd Carl-Vogt, on peut apercevoir une petite rue anonyme ou presque, appelée, rue de la Baillive. Armé de votre dictionnaire internet, vous ne trouverez qu'une baillive connue (femme de bailli), la baillive de Caen, alias Aimée de Motier de la Fayette (1490-1570).

Aimée motier de la fayette.jpg (Dessin école de Jean Clouet)

Est-ce cette charmante veuve que Théodore de Bèze a encensée (peut-être!) d'un petit poème inscrit sur sa tombe ?

S'il-vous-plait Mesdames et Messieurs les historien-nes de Genève, et même  ô homme-fleur journaliste de notre région et de renom, Etienne Dumont, éclairez notre lanterne!


Sinon, on pourrait soupçonner qu'elle fût la femme du Bailli Hermann Gessler, de triste renom!

A ce propos, appris aujourd'hui que le personnage apparaissant sur notre pièce de 5 F n'est pas Guillaume Tell mais un berger!

15:28 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.