29/06/2009

La delphinothérapie et l'envers de la médaille

Intriguée par un article parlant d'un enfant qui revit grâce aux dauphins, j'ai trouvé cet article www.graal.org/index.html?page=2659 qui relate ce que fait la thérapie humaine assistée par dauphin.  On peut traiter l'autisme, le mongolisme,  la paralysie cérébrale et l'on parle même de rémission spontanée de cancers. On dit que le sonar du dauphin peut changer le métabolisme des cellules du corps, un peu comme le chirurgien utiliserait les ultra-sons pour éliminer les calculs. http://www.waterplanetusa.com/fr/programneedsArticle2.htm

 


 

MAIS

Les delphinariums sont contestés car la manière dont on se procure les dauphin est effarante: On chasse et emprisonne tous les dauphins, puis les propriétaires de delphinariums choisissent ceux qu'ils veulent emporter. Les autres sont massacrés.  Les dauphins choisis sont isolés puis emportés jusqu'au delphinarium, voyage pendant lequel peu survivent.

L'espérance de vie des cétacés captifs est plus brève que dans la nature, du fait du stress et d'infections. Les bassins bétonnés du delphinarium, remplis d'eau chlorée, sans végétation, ne sont pas adaptés à la biologie des dauphins, qui sont nourris avec des poissons morts et traités aux antibiotiques. Enfin, puisqu'il naît peu de dauphins en captivité, on retourne en chasser d'autres.

Au vu de ce qui précède, ne serait-il pas plus simple de pratiquer la zoothérapie avec d'autres animaux? Voir 

 http://www.linternaute.com/sante/magazine/dossier/therapie-animaux/index.shtml

 

Et pour compléter un blog précédent: on peut aussi imaginer l'arrivée d'animaux dans les prisons, ce qui a été fait dans les années 1980 à la prison de Saxerriet, en Suisse (Référence: Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort, 2006,  "Comment permettre aux prisonniers longue durée d'avoir un chat dans leurs cellules". Thèse par Suzy Valentin, présentée et soutenue devant la Faculté de Médecine de Créteil.

17:31 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.