Mémoire, beauté et CO2....

Et si l'on plantait un arbre, quelque part dans la ville, en mémoire d'une personne disparue que l'on a aimée, ajoutant à la beauté de Genève, diminuant ainsi les effluves rébarbatives dieseloises? Il porterait son nom, pas forcément célèbre.... est-ce que le service des espaces verts accepterait de le faire, si l'arbre est offert?

Les commentaires sont fermés.