La construction parasismique

Face à la nature et à ses dégâts matériels, le génie humain n'est pas tout à fait démuni. De nombreuses techniques sont déjà disponibles pour la reconstruction ou la restauration.

 

Première bonne nouvelle: la structure parasismique n'est pas nécessairement chère. Aussi devrait-on pouvoir rebâtir sans pour cela recourir à des dépenses plus onéreuses qu'une construction "normale".  La construction parasismique intègre des dispositifs pouvant limiter la réponse du bâtiment à l'oscillation du sol. Il faut à la fois prendre en compte les phénomènes de résonance liés au mouvement du sol et de vibration liés à la structure du bâtiment. Celui-ci devrait être suffisamment souple pour suivre les mouvements sismiques. Il est souvent monté sur des amortisseurs qui absorbent l'énergie de ces mouvements.

 

Pour contrer les effets du séisme, on devrait aussi ancrer les parapets et les murs, utiliser des armatures transversales dans les parois porteuse des colonnes, utiliser des dalles pour répartir les forces.

 

L'utilisation de briques perforées et avec gorges sur les faces verticales, en terre cuite, pour les murs de contreventement est recommandé. (Le contreventement est constitué d'éléments rigides, verticaux ou horizontaux qui s'opposent à la déformation de la structure provoqué par les secousses sismiques). Les contreventements devraient être triangulés et symétriques.

 

Pour les bâtiments anciens, il est possible de les chaîner en construisant des joints reliant les murs entre eux. On recommande de renforcer les zones de faiblesse avec des longrines (poutres enterrées qui reposent sur des puits ou pieux en béton armé ou non. Elles sont solidarisées au puits par des fers plantés dès le coulage de ces plots.

Côté esthétique, les constructions parasismiques peuvent engendrer de véritables œuvres d'art: tel est le magnifique stade appelé "nid d'oiseau" conçu en partie par Jacques Herzog et Pierre de Meuron (Suisse), adapté aux secousses sismiques, ceci après le séisme meurtrier du Sichuan ou le splendide bâtiment nommé "Chicago Spire" en forme de spirale, doté d'un amortisseur dynamique qui renforce la structure, d'un noyau en béton armé et de 12 parois anti-sismiques.

 

Voir (1) Séismes et construction, Eléments pour non-spécialistes, de Pierino Lestuzzi, 2008 et, Génie parasismique, de Pierino Lestuzzi et Marc Badoux, 2008. (2) Principes de bases pour la conception parasismique des bâtiment, Hugo Bachmann, contribution à la journée d’études de la Société Suisse du Génie Parasismique et de la Dynamique des Structures “Prévention sismique en Suisse, Mesures parasismiques pour les constructions existantes et nouvelles “ des 7/8 septembre 2000 à l’ETH Zurich.(3) Voir aussi le remarquable site sur la prévention de tremblements de terre et la reconstruction sous www.geohaz.org/

Les commentaires sont fermés.